• n

     

    Photo de Michel Faizant.
     
    "Le gouvernement de "gauche" réprime comme jamais le monde du travail, il ne sert que les intérêts du patronat, ce gouvernement de "gauche" réprime comme jamais les manifestants dans la rue, la police mutile et matraque et les médias en boucle montrent des images, des vidéos de "casseurs" oui la violence est présente dans les cortèges mais pas que du côté des "casseurs", la police gaze sans distinction et matraque, il m'a été reproché de partager des vidéos violentes, je ne vois pas pourquoi je ne les partagerais pas du moment que moi-même j'ai été gazé plusieurs fois et que de ce fait j'ai vu la violence de tous les côtés, je me suis engagé dans le combat, c'est pour cela que je continue et si mes vidéos comme mes idées ne vous plaisent pas alors je ne vous retiens pas, je vous souhaite une bonne journée."
     
     

     Selon le monde Les armes qui tirent à « balles réelles », considérées comme létales, ne peuvent être utilisées que dans le cas d’une « ouverture du feu sur les représentants de la force publique »  on remarquera que les flics s'y préparent ?https://www.youtube.com/watch?v=irVoQgb18IU (8 mn.27)

     
    Photo de Raoul Nasri.
     
    Paris, le 12 mai 2016.
    cc Vincent Nakash/AL Paris-Sud
    • Plusieurs d'entre vous se sont étonnés de mon soutien aux émeutiers parisiens durant la journée d'hier et se sont dit choqués par ma photo satirique concernant l'incendie d'une voiture de police près du canal St-Martin.

      POUR LA DÉFENSE DES ÉMEUTIERS

      On m'a notamment transmis ce texte sévère d'une journaliste de l'Huma sur les émeutiers qui, paraît-il, circule beaucoup depuis hier :

      - - - - - - -
      "Vous avez des gueules de fils à papa. Je vous hais comme je hais vos pères - bon sang ne saurait mentir. Vous avez le même regard mesquin. Vous êtes apeurés, sans certitudes ni espoir, certes, mais vous savez aussi être tyranniques, faire du chantage, et vous montrer arrogants et effrontés : prérogatives de petits-bourgeois, mes chers. Tandis qu'hier à Valle Giulia vous vous battiez avec les policiers, moi, je sympathisais avec eux. Car eux sont fils de pauvres." Voilà ce qu'écrivait Pier Paolo Pasolini en 1968. Je n'ai aucun penchant pour l'uniforme. Je suis plutôt du côté du mouvement que du côté de l'ordre. Je préfère sans nuances la liberté à la sécurité. J'ai grandi et je me suis engagée avec en tête les noms de Malik Oussékine et de tous les autres. J'ai observé avec frayeur, un certain 11 janvier, les camions de CRS fendre la manifestation pour recueillir les applaudissements d'une foule hagarde. J'écoute depuis trois mois mon fils me raconter, à chaque retour de manifestation, les gamins nassés, asphyxiés, matraqués sans raisons. Mais là. Mettre le feu à une voiture de police avec, dedans, un agent et une adjointe de sécurité qui doit gagner 1200 euros par mois pour se manger toute la misère du monde. Images de propagande garanties pour la campagne de l'héritière Le Pen. Merci, les gars. D'un côté, la manifestation contre la "haine anti-flics" qui tourne au meeting FN. De l'autre, les petits cagoulés surexcités prêts à "rôtir des poulets". Le décor est planté. Acte 2, Cazeneuve à la sortie de l'hôpital, ton sûr, air grave, manifestations interdites, libertés encore amputées, "c'est abject", "les Français", "nous sommes déterminés". La vérité, c'est que la stratégie de tension choisie par le gouvernement est en train de porter ses fruits. Avec la complicité objective de quelques petits pantins. La vérité, aussi, c'est que lorsque le pouvoir verrouille tout, lorsque la parole politique se résume à cette injonction : "il n'y a pas d'alternative", ce qui est semé, c'est le nihilisme et, en dernière instance, la violence. Il faut rester unis et nombreux. Ne pas déserter les mobilisations. Faire comme à Paris, le 1er mai : aller ensemble jusqu'au bout du parcours malgré les intimidations, malgré la politique du chaos qui reste la dernière cartouche de ce lamentable gouvernement."
      - - - - - - -

      Cette odieuse citation de Pasolini rappelle l'ignoble procès de Clément Méric par Pierre Carles qui le traitait de bobo, de fils à papa et de futur cadre de la classe dominante — dans un article de juillet 2013 alors que son cadavre était encore chaud — tout en défendant l'indéfendable Esteban Morillo au prétexte de sa condition plus modeste et de son ignorance crasse.

      Non, les révolutionnaires ne sont pas tous des bobos, bien au contraire, en Grèce comme en France, et si, j'en conviens, certains flics sont issus des milieux populaires, les SS aussi étaient souvent des fils de prolo tout comme les abrutis intégristes de Daesh. Cette lecture des faits est aussi injuste qu'insultante à l'égard de mes compagnons de lutte, car elle procède — comme celle de Pierre Carles en juillet 2013 — en inversant totalement les rôles.

      Quant à la deuxième partie du billet, moins critiquable, elle omet outrageusement que parmi les nombreuses formes de luttes qui composent l'Histoire du mouvement ouvrier, les émeutes et les insurrections sont aussi légitimes que les autres, et ont également marqué notre longue marche vers l'émancipation et l'égalité sociale.

      Pour ma part, je suis donc entièrement solidaire de mes camarades émeutiers, de même que je le suis de ceux qui luttent autrement, à condition qu'ils soient également respectueux de notre diversité : insurrectionnalisme ou non-violence, abstentionnisme ou électoralisme, champ social ou environnemental, etc.

      Maintenant, plus que jamais : ne nous laissons pas diviser par nos tyrans sanguinaires et leurs collaborateurs serviles.

      De plus, concernant l'affaire de la voiture de police brûlée, hier, beaucoup de commentateurs omettent bizarrement que le flic au volant à sorti son arme de poing (à 3mn40) en menaçant les émeutiers. D'ailleurs, je précise avec force : mes camarades émeutiers dont je suis totalement solidaire. Peu importe si ça choque.

      Les mêmes faits durant la Commune de Paris ou l'Espagne de 36 sont regardés avec bienveillance au passé, mais jamais au présent.

      Je n'ai pas l'indignation sélective et je ne pratique pas le soutien anachronique.

      Les vrais casseurs sont ceux qui cassent le monde et ceux qui les servent dans cette criminelle entreprise.

      Yannis Youlountas

    Photo de Yannis Youlountas.
     
    Chacun sa réalité le 19/05/2016 par Citoyenactif

    votre commentaire
  • n

    n

    Il en tient une couche 

    la publication de Xavier Delucq.

     
    Photo de Xavier Delucq.
     
     
    Nicole Ferroni a écrit une bonne chronique ( j'ai envie de dire comme toujours)  Les gardiens de la paix valent mieux que ça, Le billet de Nicole Ferroni
     
     
     
    Sur France inter CÉLINE BERTHON ET FABIEN JOBARD Mercredi 18 mai,

    Le principal syndicat de policiers appelle à une journée de mobilisation pour dire « stop à la haine anti-flic »; Céline Berthon, du Syndicat des commissaires de la police nationale (SCPN) et Fabien Jobard (CNRS), sont nos invités. Céline Berthon (SNCP) : "Les policiers savent que la majorité silencieuse leur porte du respect"

    un métier dangereux

     
    Photo de Michel Faizant.
     n la publication de Michel Faizant.
     

     

    Plus de 8 Français sur 10 ont une bonne opinion de la police, révèle un sondage Odoxa pour Le Parisien, en ce jour de manifestation des forces de l'ordre. Céline Berthon du SNCP n'est pas surprise par ce résultat : "Les policiers savent que la majorité silencieuse leur porte respect et considération."

    Pourquoi, alors, ce climat de défiance dans les manifestations ? À cause de "l'instrumentalisation par certaines organisations de la haine anti-flics, estime la secrétaire générale du SNCP. La CGT, notamment, pour qui c'est un moyen de se faire entendre."

    La CGT a voulu capitaliser sur la haine anti-flic qui existe dans certains milieux.


     

     

    De son côté, Fabien Jobard, chercheur au CNRS et spécialiste de droit et des insitutions, s'étonne que la police se soit laissée déborder lors des récentes manifestations à Paris : "les casseurs ne sont pas aussi bien équipés qu'on le dit".

     

     

    ►►►Quel maintien de l'ordre en France ?

    "Dans les pays anglo-saxons, le politique ne peut pas entrer en jeu dans une manifestation", explique Fabien Jobard. Selon lui, la France détient le record européen des forces exclusivement déployées pour le maintien de l'ordre.

     

    En Allemagne et en Angleterre, "le gros des manifestants ne se solidarise pas avec les branches radicales et minoritaires" affirme le spécialiste Fabien Jobard.

    En France, on pratique aujourd'hui le maintien de l'ordre exactement comme on le pratiquait au début des années 80.


     

      

     

    ►►►INTERACTIV'

     n

    Pourquoi tant de haine envers la police, hein...

     
    la publication de Bob Solo.
    Photo de Bob Solo.

    La récupération prévisible de l'extrême droite et de la droite a la manif de flic : Marion Maréchal-Le Pen et Gilbert Collard s'affichent auprès des policiers La place de la République est bouclée, interdite au public, y compris aux élus...sauf ceux du FN qui enchaînent les selfies avec les policiers pas contents de "la haine anti-flics".

     
    Plusieurs élus de droite et d'extrême droite, dont la députée Front national Marion Maréchal-Le Pen, sont venus apporter leur soutien aux manifestants de République. Le député Les Républicains Eric Ciotti a réclamé «des actes pour que ceux qui attaquent des policiers soient sanctionnés», insistant pour que «le gouvernement et le ministre de l'Intérieur agissent».
     Après ils s'étonnent de ne pas être aimer.... En tout cas, cela expliquent que certains aiment tapper sur les militants de gauche.

     

    la photo de Les Guignols.
     
     
    Photo de Les Guignols.
    Les Guignols
    16 h · 

    Alors que les policiers ont manifesté aujourd'hui contre la « haine anti-flics », nombreux sont les politiques qui hésitaient à participer à l’événement.

    la photo deYannis Youlountas.

    Paris, 18 mai 2016, près du canal St-Martin, en marge de la manif de policiers "contre la haine anti-flics."

     
    Photo de Yannis Youlountas.
     
     

    ça brûle aussi bien que les Porsches , apparemment ....Renault encore collabo ?

    la publication de Fi la Fi
     
     
     
    Photo de Fi la Fi.

    Restons humains ...une publication dans le groupe 13 EN LUTTEQuelques infos sur les suites répressives de la manif du mardi 17 mai. Si les informations changent, l'article sera mis à jour. Ce soir, nous avons quelques infos sûres : ( ....) si vous êtes sortis, si des proches à vous sont sortis, merci beaucoup de contacter la legal team au 07 52 34 01 46 si vous avez vu des interpellations ou des violences policières n’hésitez pas à partager vos info à la Legal Team par mail à sorganisercontrelarepression@risup.net 

     " Il n’est aujourd’hui plus simplement question d’une loi sur le travail, mais d’un discrédit général qui frappe ce qu’il reste du monde de la politique. Gouvernants, partis, mastodontes syndicaux, groupements citoyens à prétention hégémonique, folklore militant : on voit que ça n’y suffit plus. La loi El Khomri n’est rien que le dernier rejeton d’une lignée de dispositions monstrueuses, qui de la loi Macron à l’état d’urgence ont fini d’enterrer les vieux rêves de la république sociale.

    Et soudainement, il s’impose que la loi travail ne peut pas passer. Le reste non plus ne peut plus passer.
    Ou autrement dit : ce gouvernement, le gouvernement, ne peut plus nous gouverner."École de la Grève, Journal : extraits du n°0 REBELLYON.INFO

     
     la photo de Alternative libertaire une photo à l’album Contre la loi travail, 2016."Ils cessent d'être des hommes pour devenir des soldats, ce sont des automates enrégimentés, numérotés et poussés par une volonté qui leur est étrangère." Mikhail Bakounine
     
     
    CRS + bacqueux + service d'ordre intersyndical ont tenté de faire taire les manifestant-e-s les plus déterminé-e-s. Encore raté !
     

    n

    Pas mal la video d'Alternative libertaire "Convergence des luttes, violence et non violence... Une vidéo bien foutue pour expliquer un point de vue."

     
    Une version courte de la vidéo précédente avec une problématique transversal: l'opposition entre réformiste/Radical, Culturel/Matériel, Non-violence/Violence...
    YOUTUBE.COM

    invité(s)

    Céline Berthon

    Secrétaire général adjoint du Syndicat des Commissaires de la Police Nationale (SCPN)

    Fabien Jobard

    Chercheur en sciences politiques
     

     

    n


    votre commentaire
  • n

     Violence des échanges en milieu tempéré : Objet : Monsieur le directeur (De Philippe Thivet )
    Monsieur le directeur
    A retourné ses poches,
    Et la main sur le cœur
    Il nous a dit : c'est moche,
    Chers collaborateurs,
    Vous mes amis, mes proches,
    Messieurs les travailleurs,
    Notre rupture approche.

    Je t'nais personnell'ment
    A venir l'annoncer :
    Votre licenciement
    Vient d'être prononcé.
    Bien sûr humainement
    Je vous aurais gardés,
    Economiquement
    Je dois me résigner.

     
    Photo de Charles Gobi.
     

     

     A lire : 
    Nouveau Parti d'Emmanuel...

     

    .Les contre-vérités de François Hollande selon les échos « Nous avons bien redressé le pays ». Cette phrase, prononcée le 8 mai par François Hollande, pourrait faire sourire si la situation n’était pas si grave. A quel moment avons-nous fait un effort équivalent à celui de nos voisins ? de Edouard Tétreau

     

     

     

    « Il ne s’agit pas de cadeaux qui devraient être faits. Je n’ai pas cette conception-là », ajouta, pince-sans-rire, le Président, devant un public hilare.Pas de cadeaux, donc. En revanche, « lorsque l’effort a été mené, lorsque les comptes publics sont redressés, il faut qu’il y ait un soutien à des catégories qui ont participé à l’effort. »

    « Nous avons bien redressé le pays depuis quatre ans. » L’humour présidentiel est un humour noir. Rémunération/patrons: "A la loi d'intervenir" si "rien ne se fait du côté patronal" (Hollande) avec AFP

    "Ca va mieux", "c'est une réalité", pas un propos "de campagne", a déclaré mardi le président de la République, François Hollande, sur Europe 1. "Quand j'ai eu cette formule +ça va mieux+, ce n'est pas pour dire 'tout va bien'", a expliqué le chef de l'État. "Ce n'est pas un propos de circonstance, de campagne ou de tribune, c'est une réalité", a-t-il assuré, affirmant vouloir que "ça s'améliore pas dans les chiffres" mais "dans la réalité". 

    Le chef de l'Etat a poursuivi: "Ca va mieux sur l'investissement qui repart, on va faire sans doute près de 7% en 2016 du côté des entreprises privées, ça va mieux sur la compétitivité, aujourd'hui le coût du travail en France pour l'industrie est inférieur à celui qui existe en Allemagne".  "Ca va mieux en terme de création nette d'emplois", et "pour la consommation, le pouvoir d'achat, nous avons une progression du pouvoir d'achat. C'est vraie qu'elle est difficile à percevoir, tant l'inflation est faible et tant les rémunérations actuellement n'augmentent pas", a-t-il reconnu. "Moi ce que je veux, c'est que ça ne s'améliore pas dans les chiffres, que ça s'améliore dans la réalité, dans le concret", a dit M. Hollande. 

     
    François Hollande a menacé mardi les organisations patronales, au nom de "l'exigence morale", d'une modification de la loi si "rien ne se fait" au sujet de la rémunération des dirigeants d'entreprises, après les polémiques sur les salaires de Carlos Ghosn (Renault) et de Carlos Tavares (PSA).

    "C'est maintenant aux autorités du patronat, des employeurs, d'avoir cette exigence morale. A la loi d'intervenir pour des règles plus simples, plus claires, si rien ne se fait du côté patronal", a déclaré le président de la République sur Europe 1.
     

    «Pour une attribution d'actions d'un million d'euros, la nouvelle fiscalité va faire économiser en moyenne environ 200.000 euros de prélèvements obligatoires au bénéficiaire et 150.000 euros à l'entreprise»

    Jean-Charles Simon, président de Facta Media
     
     
    n Or, qui a permis d'alléger la fiscalité des actions gratuites? Réponse: Emmanuel Macron avec sa loi pour «la croissance et l'activité». Ce même Emmanuel Macron ... qui exige donc aujourd'hui de Carlos Ghosn qu'il diminue sa rémunération au titre de l'exercice 2016, après avoir indirectement participé à son augmentation
     

    «Emmanuel Macron, Carlos Ghosn n'en a rien à faire» - Un ancien dirigeant de Renault

     
     
     

    Barrages filtrants, blocages de zones logistiques... Les routiers ouvrent ce mardi le bal des protestations contre le projet de loi travail. Le mouvement s'accompagnera de nouvelles manifestations dans l'après-midi.


    Des perturbations sont également possibles dans les transports en commun, la CGT ayant appelé à la grève à la RATP et à la SNCF.
    Les syndicats de Paris Aéroports ont déposé un préavis de grève reconductible pour ce mardi. 

    Suivez les informations en direct sur notre live.

    Contrairement aux centrales syndicales et aux partis politiques de gauche et d'extrême gauche, un mouvement social spontané, autonome et donc radical, n'a pas de revendications... Pour une raison simple : il ne cherche pas à améliorer les conditions de la domestication et de l'esclavage du salariat, il veut les abolir.... 
    https://www.facebook.com/DominationEtEmancipation/

     
    Photo de La Pensée radicale.

    la photo de La Pensée radicale.

     

    Les syndicats de la collaboration de classes ce n'est pas une vue de l'esprit. 
    Un ex-ouvrier de PSA Aulnay témoigne ici du fossé qui sépare la bureaucratie syndicale -tout syndicat confondu- des prolétaires (de la base) qui ont bien pris conscience de leurs conditions de prolétaires et qui veulent en finir avec l'exploitation capitaliste et l'esclavage salarial. Quand la conscience de classe embrasse le prolétariat, elle devient matérielle. Le slogan A BAS LE SALARIAT prend alors tout son sens.

     

     

    Quand on gueule, on est des fous!Retour sur la fermeture de l'usine PSA d'Aulnay avec un ancien gréviste aujourd'hui au chômage. Site internet : acontrechamp.net
     

    A bas le salariat

     

     

    Photo de La Pensée radicale.

    n

    Ils defendent le systeme

    mardi 17 mai 2016 à 14h : 2 rdv pour ce lieu 11 parties : 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 Manifestation à Paris contre la « Loi travail - El Khomri »


    votre commentaire
  • n

      Elle est sur la carte avec le lien vers la page. Bises Aïcha Bonne nuit
    https://www.facebook.com/events/1153527818013322/

     
    15MAI
    15 mai - 19 mai · Alès
    101 personnes intéressées · 28 partic

    Raoul Nasri l'état joue le pourrissement de la situation en identifiant des "coupables" ...il nous fait un 49-3 général,mais le retour risque de les surprendre...un blocage se profil,si il est général,qu'on soit assigné ou pas ne changera pas grand chose...d'autant plus que cette mesure ne peut pas concerner 1 million de personnes

    lienL'équipe de France 2 interpellé brutalement en pleine interview par les CRS - Regardez - vidéo....DAILYMOTION.COM

     

    8 exclusions définitives de lycéen-ne-s de Levallois, des poursuites judiciaires pour les 13 lycéen-ne-s gardé-e-s à vue à la sûreté territoriale et mis en examen, et les policiers coupables de violences sur les lycéens même pas inquiétés...

    Rassemblement appelé par le collectif unitaire de soutien "Stop à la répression contre les lycéens du 92" devant le lycée Léonard de Vinci pour protester contre les violences policières, les exclusions et les procédures judiciaires subies par des lycéen-ne-s dans tout le nord du 92 :
    Mardi prochain 17/05 à 18h au 4 avenue Georges Pompidou 92300 Levallois (Métro Pont de Levallois l. 3)

    Création d’un collectif de soutien :
    "Stop à la répression contre les lycéens dans les Hauts-de-Seine"

    Début avril, des communes des Hauts-de-Seine et leurs lycées (à Clichy, Colombes, Courbevoie, Gennevilliers et Levallois notamment) ont connu des blocus organisés par des lycéens dans le cadre du mouvement de lutte contre la loi « Travail » suite aux refus de reconnaître le droit de grève des lycéens.

    Des violences policières ont eu lieu aux abords des lycées, notamment de la part de la BAC, que nous condamnons. D’autant plus que la simple présence de parents d’élèves et/ou d’enseignants a le plus souvent permis de ramener le calme.
    Le 2 mai – près de quatre semaines après les faits ! – un nombre conséquent de lycéens ont été convoqués par la Sûreté territoriale des Hauts-de-Seine pour être entendus. Treize d’entre eux, quasiment tous mineurs, dont 11 élèves du lycée Léonard de Vinci, qui se sont présentés, ont été immédiatement placés en garde à vue et ont dû attendre près de 2 jours avant d'être libérés.

    Ces arrestations ont pour but de dissuader les lycéens de se mobiliser et d’exercer ainsi leur liberté d’expression et leur droit à manifester. Cette répression est de nature à raviver les tensions et ne peut être en aucune manière une réponse aux revendications exprimées par une partie de la jeunesse contre la loi « Travail ».

    De plus, de nombreuses procédures disciplinaires débouchant sur des exclusions d’élèves se succèdent à quelques semaines de la fin des cours, procédures qui viennent s'ajouter aux poursuites judiciaires. Nous refusons cet acharnement à l’encontre de jeunes, qui ne peut qu’entraver leur scolarité. Plusieurs d'entre eux préparent cette année un examen ou s'apprêtent à faire un stage essentiel à leur formation. Ces menaces de sanctions disciplinaires annoncées par certains chefs d’établissements scolaires ne sont pas de nature à apaiser la situation.

    Nous demandons l’arrêt des procédures judiciaires et administratives qui visent les lycéens mobilisés du 92.

    Premiers signataires :
    UNL Ile de France, FCPE 92, RESF 92, FSU 92, CGT éduc'action 92, UD CGT 92, Sud éducation 92 et 75, Sud Activités postales 92, Solidaires 92, CNT, UNEF Nanterre, MAFED, CIP-idf (Coordination des Intermittents et Précaires-Ile de France)…

    Avec le soutien de :
    PG 92, NPA 92, Ensemble !, PCF 92, MJCF 92, AL 92…

     
    Photo de Personnels de l'éducation debout : nous aussi on bloque tout.

    Selon le Monde Qui sont les manifestants visés ?

    Les militants interdits de manifester sont, pour la plupart, proches de la mouvance antifasciste et anarchiste. Pour l’heure, trois groupes ont rapporté, sur Twitter, être visés par cet interdit préfectoral : le collectif Action antifasciste (AFA) Paris-Banlieue, le Mouvement interluttes indépendant (MILI) ou encore le Social Protest Klub (PSK).

    Selon plusieurs sites de la mouvance anarchiste, une vingtaine d’individus auraient reçu cet arrêté « d’interdiction de séjour », mais le chiffre pourrait encore évoluer. Les personnes concernées par cette interdiction sont « diverses et variées », rapporte le site Paris-luttes. info, qui relaie les informations du collectif AFA Paris-Banlieue :

     
    « Il y a des membres de différentes organisations (pas seulement l’AFA), mais également des personnes syndiquées, des blessées lors de violences policières, un journaliste et des non organisées. »

    Surprenant en effet, un journaliste photographe indépendant, membre du collectif OEIL (Our Eye is Life), qui collabore avec le magazine Fumigène, s’est également vu notifier une interdiction de manifester, rapporte Buzzfeed. En dehors de Paris, d’autres interdictions de manifester ont été signalées, notamment à Nantes et Lyon, où les rassemblements contre le projet de loi travail ont été émaillés par des affrontements entre policiers et manifestants.

    Lire aussi :   « Loi travail » : des collectifs face à la violence policière

    Selon la préfecture de police de Paris, contactée par Le Monde, les individus concernés avaient été « identifiés pour des faits de violences lors des précédentes manifestations ». Et il y a « tout lieu de penser » que leur présence aux rassemblements « vise à participer à des actions violentes », précise l’arrêté de la préfecture remis aux militants. Un proche des militants explique au Monde qu’aucune des personnes visées n’a pourtant été interpellée pendant les manifestations.

    Que prévoit cet arrêté ?


    Un article sur les interdictions de manifester délivrés chez nos militants depuis hier soir. Nous apprenons également que d'autre camarades sont touchés par ces interdictions, plus d'infos sur Paris Luttes Info.‪#‎EtatDurgence‬ ‪#‎EtatPolicier‬ ‪#‎Antirep‬ Nouvelle arme anti-lutte : l’interdiction de manifester !AFAPB.ORG

     

    Le texte en question s’appuie notamment sur l’article 5 de la loi sur l’état d’urgence :

    « La déclaration de l’état d’urgence donne pouvoir au préfet (…) d’interdire la circulation des personnes ou des véhicules dans les lieux et aux heures fixés par arrêté ; d’instituer, par arrêté, des zones de protection ou de sécurité où le séjour des personnes est réglementé ; d’interdire le séjour dans tout ou partie du département à toute personne cherchant àentraver, de quelque manière que ce soit, l’action des pouvoirs publics. »

    Toute personne visée par cet arrêté et enfreignant ces règles encourt six mois d’emprisonnement et 7 500 euros d’amende.

     

    • Comment réagissent les manifestants ?

    Un arsenal législatif qui n’intimide pas les militants antifascistes. « Si le préfet Cadot pense nous porter un coup au moral, il vient de faire exactement le contraire. Vous voulez nous faire sortir par la porte ? On rentrera par la fenêtre… A bientôt dans les rues », ont réagi les militants de l’AFA Paris-Banlieue sur le site du collectif. Et d’ajouter : Pour une personne interdite de manifestation, que cent autres descendent dans la rue. »

    Le communiqué du collectif antifasciste se termine ainsi : "Vous voulez nous faire sortir par la porte ? On rentrera par la fenêtre…"

    • Quels sont leurs recours possibles ?

    Le groupe Défense collective, qui apporte une aide juridique aux manifestants interpellés dans le cadre de la mobilisation contre la réforme du code du travail et de Nuit debout, a indiqué qu’il préparait un référé-liberté. Cette demande vise à contester la décision d’une administration publique quand elle porte atteinte à l’une de ses libertés fondamentales.

     

    Le droit de manifester est un droit fondamental défini par la Déclaration de droits de l’homme et du citoyen. Mais la mise en place de l’état d’urgence à la suite des attentats du 13 novembre permet d’outrepasser ce droit au nom de la sécurité et du maintien de l’ordre public.

    Le tribunal administratif de Paris devra statuer mardi 17 mai à 8 h 45 sur une dizaine d’arrêtés préfectoraux, dont celui déposé par Hosni Maati, l’avocat du journaliste, connu sous le pseudo NnoMan. La préfecture a d’ores et déjà annoncé lundi que des « vérifications sont en cours », rapporte BuzzFeed. Et d’ajouter que si le journaliste « n’est pas concerné par les faits que l’arrêté lui reproche, il pourra participer à cette manifestation ».

    Lire aussi :   La France se dote de la loi antiterroriste la plus sévère d’Europe

     

    • Des précédents ?

    Le gouvernement avait déjà utilisé l’état d’urgence, en novembre et décembre 2015, pour interdire des manifestations en marge de la conférence de Paris sur le climat (COP21). Plus d’une vingtaine de personnes avaient alors été assignées à résidence dans toute la France. Des heurts avaient néanmoins éclaté, place de la République, à la suite d’un rassemblement non autorisé.

    Lire aussi :   Des heurts de plus en plus violents lors des manifestations contre la loi travail


    Des grenades de désencerclement et des lacrymogènes utilisés par les forces de l'ordre, près des #invalides#LoiTravail #manif12mai

     e cas du lycée Sophie Germain à Paris, où Juliette, 17 ans, élève de Terminale, dit avoir fait "toutes les manifs depuis le 9 mars". Le lycée Henri-IV était également bloqué, la porte d'entrée barrée d'un drap: "Le Medef ordonne, le gouvernement obéit, la jeunesse résiste." réponse à M. Hazan - Évidemment, quand 60% des commissariats brûlent en quelques semaines,...Évidemment, quand 60% des commissariats brûlent en quelques semaines, certains policiers changent de camp. Par peur. Non pas par gentillesse.LUNDI.AM : 
     

     
    Force doit rester à la loi" assènent-ils ; "Ni loi ni travail" affirment nos banderoles. Même les policiers l'ont compris, la haine qu'on leur voue les rend faibles, et c'est bien à cela que nous aspirons, entre autre, en construisant un rapport de force.
     
    "Pourquoi ne pas être intelligent ?" demandiez-vous. Pourquoi, effectivement, ne pas analyser un peu plus finement les contextes historiques, la situation invivable qui nous est faite, le rôle de la police et de toutes ses formes dans cette situation et la place de notre combat dans tout ça ? À la lumière de ces quelques lignes, en lieu et place de "tombez les casques, la police avec nous", je m'adresserai plutôt à tous les autres en leur disant : "mettez des casques, la police est à bout".

    n i. ,  à ,   , 

     

    15 hil y a 15 heuresBlessures et gaz lacrymogènes : petit guide pratique de secourisme en manifestation 
     

     

    They live - l'indigné révolté

    Loi travail sur le blog CitizenKhane

    Parler le fracas Créé le jeudi 12 mai 2016

    un lien.Etat d'urgence: des militants «interdits de séjour» à la manif contre la loi travail Des activistes «anti-fascistes et anticapitalistes» ont reçu des arrêtés… Partager LIBERATION.FR

    n‪#‎etatdurgence‬

    ‪#‎etatpolicier‬

    https://www.facebook.com/alix.lsr/posts/1706592912925834 Le 15 mai 2016 à 17h40 Hollande adepte du passage en force


    votre commentaire
  • n

    M d'OnOff a publié dans 7 groupes.  la photo de La Pensée radicale.
     
    Photo de La Pensée radicale.

     

     

    C'est promis : dès que la fasciste en chef en aura fini avec ses casseroles judiciaires, ses règlements de comptes internes, son linge sale familial et ses cavales au Panama, elle défendra à donf ces pauv' pitits n'ouvriers bien françaouis de race blanche de souche pure que ce système-tous-pourris-qui-pue-sauf-moi y fait rien qu'embêter avec des lois pas très gentilles, même que y en a des lois qui ont des noms arabes en plus, c'est un peu abuser. 

    Un gouffre financier en heures de travail correcteur (orthographe, syntaxe, cohérence des idées)... Aucune grande maison d'édition ne veut publier le livre de Marine Le Pen
    Aucune maison d'édition ne voudrait publier cet essai sur la pratique du pouvoir.
    RTL.FR  , Quand une journaliste canadienne pousse à bout Marine Le Pen - Les Inrocks   
    LES INROCKUPTIBLES
     
    Photo de Bob Solo.

     

    la publication de Fredounet Fredou.
    Photo de Fredounet Fredou.

     
     

    Pétain reviens, tu as oublié tes chiens. Je ne souhaite pas voir Marinne Le pen et ses valets présidents, parce que tout musique qui_ ne rentre pas dans la ligne des fafs et autres haineux à l'image de Antoine Malaga  sur le post de Nicolas Hernandezz seraient supprimés

     
     Bonjour à tous,

    Je m'appelle Alpha Diallo, je suis français, né en France, à Paris, et j'ai 31 ans. 

    Eduqué par la France, terre d'accueil de mes parents, terre qui m'a vu grandir et permis de vivre de ma passion. Une terre pour laquelle mon grand-père Alpha Mamoudou Diallo, d'origine guinéenne, a combattu lors de la guerre 39-45 au sein des Tirailleurs Sénégalais - ces mêmes 
    Tirailleurs Sénégalais qui étaient également présents lors de la Bataille de Verdun.

    J'ai ressenti une immense fierté lorsque l'on a fait appel à moi pour participer à un concert en marge de la commémoration de la Bataille de Verdun pour l'ensemble des jeunes français et allemands réunis ce jour-là.

    Une polémique incompréhensible et inquiétante a malheureusement entraîné l'annulation de ma participation à cette manifestation.

    Je ne peux rester sans réponse face aux propos d'une extrême violence, tenus à mon égard, ces derniers jours. Je suis d'autant plus attristé par cette situation qui peut aujourd'hui toucher des milliers d'autres français.

    Moi, Alpha Diallo, enfant de la République et fier de l'être, souhaite, par ce communiqué, faire barrière à ces propos haineux. 

    Merci à tous ceux qui me soutiennent depuis le début, je ne ferai pas d'autres commentaires.

    Peace.
    #ALPHADIALLO
    #BLACKM
     
    la photo de Black M.
    Photo de Black M.

     Le rappeur, membre du groupe Sexion d'Assaut, devait se produire le 29 mai, après la cérémonie de commémoration de la bataille de Verdun, à laquelle sont attendus François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel. Mais après plusieurs jours de polémique, alimentée par de nombreux élus essentiellement d'extrême droite et de droite qui s'indignaient de certaines paroles du chanteur, le maire PS de Verdun, Samuel Hazard, a annulé le concert, justifiant cette annulation par des "risques forts de troubles à l'ordre public".


    Le maire "a subi des pressions (...) inouïes de violences, de haine parce que c'était Black M qui avait été choisi", a remarqué François Hollande. "Ne voulant pas créer d'incident, voulant sans doute préserver l'ordre public, il y a renoncé (...) C'est sa seule décision, puisque l'Etat n'avait pas à en connaître."

    la vidéo de France Inter.... croustillant !! 28 min · 
     

    "Vous voulez nous faire passer pour les Black M de la politique"

    Guillaume Meurice a voulu comprendre l'annulation du concert de Black M à Verdun. Il a donc contacté le référent culture du Front National.// Si tu écoutes, j'annule tout


     LIRE AUSSI:
    » Centenaire de Verdun : le concert du rappeur Black M annulé

     

    un lien.La Jeunesse Emmerde le Front National - Berurier Noir extrait du morceau porcherie - olympia 89

    n

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique