• n

     
     
    L’image contient peut-être : une personne ou plus et texte
    Flores Magon à Livres de tonton Bakou
    16 décembre 2017, 12:35 · 
     
     
     
     
     
     
     

    De la publication de Luttesinvisibles.

    PLUS DE 800 000 SUPPRESSIONS D'EMPLOIS REALISEES, EN COURS OU ENVISAGÉES SUR LES ANNÉES 2016, 2017 ET 2018, plus de 600 plans de licenciements collectifs, 500 luttes contre les licenciements et maintenant le désastre des "ruptures conventionnelles collectives" 
    POUR LE 50ème ANNIVERSAIRE DE 1968, 2018 DOIT ÊTRE L’ANNÉE DU "TOUS ENSEMBLE"

    Liste non exhaustive de "plans sociaux", fermetures, liquidations, licenciements et suppressions de postes en cours, projetés ou dans l'air, à partir de 2016 et jusqu'en 2018. 
    1. Contrats aidés, 150 000 en 2017, 110 00 en 2018
    2. Périscolaire 20 à 30 000, 2017-2018

    ...(...)

    610. Secteur bancaire d'ici 2020 : 74 000 ?

     

    et tellement d'autres dont les collectivités territoriales soit 70 à 100 000 suppressions d'emplois selon l'estimation de la CGT puisque la moitié des collectivités territoriales envisagent des licenciements et d'autres encore dans de multiples associations sociales et culturelles qui liquident faute de subventions et que Bastamag estime à 30 000 suppressions d'emplois, ce qui est le cas chaque année depuis 3 ans. Et à tout cela, il faut rajouter les emplois induits qu'on estiment à 3 ou 4 pour un emploi industriel perdu...
    Par ailleurs, on peut ajouter la disparition de 18 000 exploitations agricoles d'ici 2018, soit un minimum de 18 000 chômeurs en plus, la fermeture de 10 000 magasins par an environ et puis les licenciements individuels. On estime le plus courramment 460 000 licenciements par an pour « motifs personnels » (disciplinaires, « faute », inaptitude professionnelle, refus d’une modification substantielle du contrat de travail). À cela, il faut y ajouter 360 000 ruptures conventionnelles dont le nombre est en augmentation exponentielle. Enfin, il y a chaque année un nombre indéterminé de suppressions d’emplois sous forme de « départs volontaires » auxquels il faudra ajouter en 2018 les "ruptures conventionnelles collectives".

    3mois de sursis pour avoir voulu manger. Honte aux gendarmes, au juge, au magasin et à ceux qui cautionnent .

    résultat de l'oppression des pauvres qui est de pire en pire.

    solidarité

    Autodéfense Chômeurs-précaires

     

    un petit poème de Prévert:

    Le paysage changeur * Jacques Prevert
    De deux choses lune
    l'autre c'est le soleil
    les pauvres les travailleurs ne voient pas ces choses
    leur soleil c'est la soif la poussière la sueur le goudron
    et s'ils travaillent en plein soleil le travail leur cache le soleil
    leur soleil c'est l'insolation
    et le clair de lune pour les travailleurs de nuit
    c'est la bronchite la pharmacie les emmerdements
    les ennuis
    et quand le travailleur s'endort il est bercé par l'insomnie
    et quand son réveil le réveille
    il trouve chaque jour devant son lit
    la sale gueule du travail
    qui ricane qui se fout de lui

    alors il se lève
    alors il se lave
    et puis il sort à moitié éveillé à moitié endormi
    il marche dans la rue à moitié éveillée à moitié endormie
    et il prend l'autobus
    le service ouvrier
    et l'autobus le chauffeur le receveur
    et tous les travailleurs à moitié réveillés à moitié endormis
    traversent le paysage figé entre le petit jour et la nuit
    le paysage de briques et de fenêtres à courants d'air de corridor
    le paysage éclipse
    la paysage prison
    le paysage sans air sans lumière sans rires ni saisons
    le paysage glacé des cités ouvrières glacées en plein été comme au cœur de l'hiver
    le paysage éteint le paysage sans rien
    le paysage exploité affamé dévoré escamoté
    le paysage charbon
    le paysage poussière
    le paysage cambouis
    le paysage mâchefer
    le paysage châtré gommé effacé relégué et rejeté dans l'ombre
    dans la grande ombre
    l'ombre du capital
    l'ombre du profit

    Sur ce paysage parfois un astre luit
    un seul
    le faux soleil
    le soleil blême
    le soleil couché
    le soleil chien du capital
    le vieux soleil de cuivre
    le vieux soleil clairon
    le vieux soleil ciboire
    le vieux soleil fistule
    le dégoûtant soleil du roi soleil
    le soleil d'Austerlitz
    le soleil de Verdun
    le soleil fétiche
    le soleil tricolore et incolore
    l'astre des désastres
    l'astre de la vacherie
    l'astre de la tuerie
    l'astre de la connerie
    le soleil mort.

    Et le paysage à moitié construit à moitié démoli
    à moitié réveillé à moitié endormi
    s'effondre dans la guerre le malheur et l'oubli
    et puis il recommence une fois la guerre finie
    il se rebâtit lui même dans l'ombre
    et le capital sourit

    mais un jour le vrai soleil viendra
    un vrai soleil dur qui réveillera le paysage trop mou
    et les travailleurs sortiront
    ils verront alors le soleil
    le vrai le dur le rouge soleil de la révolution
    et ils se compteront
    et ils se comprendront
    et ils verront leur nombre
    et ils regarderont l'ombre
    et ils riront
    et ils s'avanceront
    une dernière fois le capital voudra les empêcher de rire
    ils le tueront
    et ils l'enterreront dans la terre sous le paysage de misère
    et le paysage de misère de profits de poussières et de charbon
    ils le brûleront
    ils le raseront
    et ils en fabriqueront un autre en chantant
    un paysage tout nouveau tout beau
    un vrai paysage tout vivant
    ils feront beaucoup de choses avec le soleil
    et même ils changeront l'hiver en printemps.

     

     
    ÉVÈNEMENTS de JACQUES PRÉVERT lu par CLÉMENCE LOONIS

     

     
    Une Vie, une œuvre : Jacques Prévert, le libertaire exquis ... - YouTube

    Jacques PRÉVERT : Une vie, une œuvre (1900-1977) - YouTube

    Jacques Prévert paroles d'un insoumis - Vidéo Ina.fr

    Jacques Prévert - citoyenactif, ÉVÈNEMENTS DE JACQUES PRÉVERT 14 JANVIER 2018 

    La Crosse En L'air partie 1 Jacques Prévert / Serge Reggiani


    votre commentaire
  • n

    Bouche trou

    L’image contient peut-être : texte

     "Il vaut mieux se taire et passer pour un con, plutôt que de parler et de ne laisser aucun doute sur le sujet".
    (Pierre Desproges)...

    TOUS LES ANIMAUX SONT ÉGAUX MAIS CERTAINS SONT PLUS ÉGAUX QUE D'AUTRES

     
    L'Homme est la seule créature qui consomme sans produire. Il ne donne pas de lait, il ne pond pas d'oeufs, il est trop débile pour pousser la charrue, bien trop lent pout attraper un lapin. Pourtant le voici suzerain de tous les animaux. Il distribue les tâches entre eux, mais ne leur donne en retour que la maigre pitance qui les maintient en vie. Puis il garde pour lui les surplus. Qui laboure le sol ? Nous ! Qui le féconde ? Notre fumier ! Et pourtant pas un parmi nous qui n'ait que sa peau pour tout bien.

    nDonald Trump Intenta No Reír Reto Compilación Mejores Momentos ...

     

     

    Ultimate President Donald J. Trump Funny Moments Compilation 2015/16 - Thug Life

    Donald Trump : fini de rire ? - vidéo Dailymotion

    Dans sa chronique, Alain Frachon, éditorialiste au « Monde » observe que ce président qui donne aux riches, cultive et exploite dans le même temps le désarroi des laissés-pour-compte face à l’immigration, à l’islamisme, à l’étranger.
    On s’est habitués. On n’y prête plus attention. On clique, on tourne la page, on change de chaîne. On a banalisé Donald Trump. On oublie que cette personne qui trouve le temps de fouiller les sites de l’extrême droite raciste, qui scanne à plaisir les publications numériques des théoriciens du complot et autres suprémacistes blancs, est le président des Etats-Unis. Il est à la tête de la plus puissantes des démocraties de la planète.

    embargo, ninguno de nosotros que solo tiene su piel para todo bien.

     

    Donald Trump: ¿terminó de reír? - video Dailymotion


    Envoyé spécial. Donald Trump fini de rire ? 5 octobre 2017 (France 2) https://www.dailymotion.com/video/x63dhz1
     

     

     
     
    Trump. Donald Trump était dans la tourmente ce vendredi après avoir dénoncé lors d'une réunion à la Maison Blanche l'immigration en provenance de «pays de merde», des propos qu'il a partiellement contestés mais qui ont suscité une vague d'indignation à travers le monde. Les ambassadeurs de 54 pays africains à l'ONU ont exigé vendredi, dans un communiqué au langage très fort, "rétractations" et "excuses" au président américain Donald Trump après ses propos rapportés la veille sur l'immigration en provenance de "pays de merde".

     

    Aucun texte alternatif disponible.
    en provenance de "pays de merde". n Donald Trump : fini de rire ? - vidéo Dailymotion, 13 janvier 2018 Non merci trump

    votre commentaire
  • n

     

     

    The Warning of Animal Farm: Inequality Matters - YouTube

    La Ferme des Animaux de George Orwell

    TOUS LES ANIMAUX SONT ÉGAUX MAIS CERTAINS SONT PLUS ÉGAUX QUE D'AUTRES

    L'Homme est la seule créature qui consomme sans produire. Il ne donne pas de lait, il ne pond pas d'oeufs, il est trop débile pour pousser la charrue, bien trop lent pout attraper un lapin. Pourtant le voici suzerain de tous les animaux. Il distribue les tâches entre eux, mais ne leur donne en retour que la maigre pitance qui les maintient en vie. Puis il garde pour lui les surplus. Qui laboure le sol ? Nous ! Qui le féconde ? Notre fumier ! Et pourtant pas un parmi nous qui n'ait que sa peau pour tout bien.
     What is going on between Egypt and Sudan?
    by 
    6 hours ago
     

    Sudan's President Omar al-Bashir welcomes Egypt's President Abdel Fattah el-Sisi at Khartoum International Airport on June 27, 2014 [Reuters/Mohamed Nureldin Abdallah]
    Sudan's President Omar al-Bashir welcomes Egypt's President Abdel Fattah el-Sisi at Khartoum International Airport on June 27, 2014 [Reuters/Mohamed Nureldin Abdallah]
     
    Ongoing tensions in the Red Sea region came to the fore in late December, when Turkish President Recep Tayyip Erdoganvisited Sudan as part of his Africa tour. During the visit, Erdogan and his Sudanese counterpart, Omar al-Bashir, signed more than a dozen agreements to boost the economic partnership between the two nations.
     
    The GCC crisisWhen the GCC crisis erupted in June 2017, Sudan was in an uncomfortable situation. For the previous few years, it had tried to stay neutral during intra-GCC disputes, maintaining a close relationship with Qatar, but also sending troops to back the UAE and Saudi war effort in Yemen.


     

    La colère des Iraniens profite au président Rohani

    Face à des conservateurs affaiblis, le chef d’Etat modéré se targue d’avoir endigué la contestation qui a touché l’Iran jusqu’au 5 janvier.

    elon l’agence Tasnim.

    En Iran, les manifestants bravent la menace d’une répression implacable 20

     

     M. Rohani se targue déjà d’avoir réussi à maîtriser la contestation : c’est le ministère de l’intérieur qui a mené la répression, et non les gardiens de la révolution, la principale force armée du pays, qui échappe à son contrôle.

    Amnesty International dénombre cinq morts parmi les 3 700 personnes arrêtées lors des manifestations. Les autorités ont reconnu deux suicides.

     
     

    Le pays a la gueule de bois. Ses gouvernants sont éméchés par le pouvoir et son peuple est enivré par des effluves démocratiques insaisissables, analyse la journaliste tunisienne Inès Oueslati.

     

    La Tunisie vit au rythme de tensions nocturnes. Protester contre une vie qui devient de plus en plus chère a tourné aux émeutes. Les manifestations ont favorisé le chaos généré par des casseurs et ont abouti à des pillages et à diverses scènes de sauvagerie.

    Le citoyen qui voulait lancer un time’s up (« C’est fini ») n’y est pour rien. Ses propres contestations lui échappent pour profiter à des intrus. Son message de colère a été parasité par des affrontements qu’il n’a pas cherchés. De victime il devient coupable.

    Lire aussi :   Nouvelle poussée de fièvre sociale en Tunisie

    Pourtant, on lui avait expliqué lui, qui fait ses premiers pas en démocratie que la dictature mise à bas, sa voix était plus audible, que ses gouvernants ont changé, qu’une oreille lui est tendue, lui le centre de la démocratie. Tout a changé depuis, tout sauf ses gouvernants. Certes, les visages ont changé, mais un air de rupture persiste.

    Un terrain inflammable

    Obnubilés par leurs partis, les dirigeants ne raisonnent qu’en termes d’enjeux électoraux, leurs discours bourrés de promesses ont cessé d’enchanter depuis longtemps, leurs paroles ne peuvent plus duper personne et leur incapacité à gérer des aléas se déroulant, désormais, d’une manière providentielle est sue de tous.

    Lire aussi :   En Tunisie, la contestation populaire ne diminue pas

    Il suffit de regarder les grands faits de la semaine pour visualiser ce décalage entre les deux composantes majeures de la démocratie : les citoyens et la classe politique. Les premiers crient à qui veut les entendre que l’inflation les a épuisés, que la loi de finances dernièrement votée a fini par les abattre, eux, leur pouvoir d’achat et leurs rêves de dignité. La deuxième, sans classe aucune, est obnubilée par les affaires partisanes. On lit dans la presse que « de nombreux ministres ont rallié le parti au pouvoir », Nidaa, parti sans pouvoir qui n’en a pas fini de lutter contre ses propres démons.

    L’Etat est à l’épreuve des tisons de discorde. Que les contestations soient orchestrées ou spontanées, la classe politique doit composer avec. Car la gouvernance d’après-révolution a fait de la Tunisie un terrain inflammable, un feu parti spontanément ou d’une manière préméditée risque, en pareil contexte, de prendre. L’autarcie ne profitera qu’aux pyromanes.

    Lire aussi :   Migrants : « Ceux qui ne rêvent que de départ et ceux qui ne veulent pas les voir »

    Aucun message politique fort n’a été lancé : pas de discours de crise bienveillant pour calmer le mécontentement, pas de discours de crise intransigeant pour dire halte à ceux qui risquent d’amener le pays vers le chaos. Niet ! Nous baignons dans le creux. Au creux de la vague, tous ! Gouvernants et gouvernés, et, de notre rupture, nous ferons notre perte.

    La faillite d’un système

    Avons-nous compris la démocratie ? Ni les uns ni les autres ne l’ont fait visiblement. Ni ceux qui ne veulent pas attendre des élections pour agirpositivement en faveur d’un changement, ni ceux qui n’ont rien fait pour revoir leur mode de gouvernance.

    Dans cet exemple de démocratie, loin d’être exemplaire, un monde sépare les principaux protagonistes de la prospérité promise et d’une dignité, à défaut, compromise. L’expérience d’un président qui a la bosse de la politique et la jeunesse d’un chef de gouvernement loin d’y avoir roulé la sienne n’ont pas pu lutter contre la faillite d’un système qui s’est laissé gangrener par les partis et leurs aspirants au pouvoir.

     

    Car peut-être qu’un discours maîtrisé aurait pu calmer, convaincre sans chercher à amadouercontenir sans écraser. Il suffisait peut-être de communiquer, de gérer le discours de ministres à qui des portefeuilles ont été offerts rien que pour leurs appartenances partisanes.

    Ainsi, à travers l’histoire, une lutte qui est la même dans ses lignes principales se répète sans arrêt. Pendant de longues périodes, la classe supérieure semble être solidement au pouvoir. Mais tôt ou tard, il arrive toujours un moment où elle perd, ou sa foi en elle-même, ou son aptitude à gouverner efficacement, ou les deux. Elle est alors renversée par la classe moyenne qui enrôle à ses côtés la classe inférieure en lui faisant croire qu’elle lutte pour la liberté et la justice.
    Sitôt qu’elle a atteint son objectif, la classe moyenne rejette la classe inférieure dans son ancienne servitude et devient elle-même supérieure. Un nouveau groupe moyen se détache alors de l’un des autres groupes, ou des deux, et la lutte recommence.

    Après trois nuits de contestations et de violences, aux mains des néophytes, la Tunisie a la gueule de bois. Ses gouvernants sont éméchés par le pouvoir, son peuple est enivré par des effluves démocratiques vaporeusement insaisissables. Y plane comme un relent d’inconnu et un air de révolte.

    La Boétie Discours de la servitude volontaire

     

     

    Grève Générale de Dyvan Le Terrible - Générique du film "Je lutte donc je suis" / General Strike by Dyvan Le Terrible - Credits for the movie "I'm fighting so I'm" / Huelga general de Dyvan The Terrible - Créditos de la película "Lucho así que lo soy"

     

     

    * Bande-annonce longue de Ne vivons plus comme des esclaves (2013) :
    https://www.youtube.com/watch?v=I49hD1pDw8Y , Film NE VIVONS PLUS COMME DES ESCLAVESde Yannis Youlountas

     



    Bande-annonce longue de Je Lutte donc je suis (2015) :
    https://www.youtube.com/watch?v=v3Vc5aWkORY

    - - - - - - - - -

     11 janvier 2018 Ne vivons plus comme des esclaves / Je Lutte donc je suis

    16 novembre 2017 Le paradoxe de notre époque, 16 novembre 2017 Le paradoxe de notre époqueThis is our world - Indigné révolté,This is our world - blog enkolo, This is our world Publié le 26/11/2017 à 17:42 par saltabank

     1984 est le plus célèbre roman de George Orwell, publié en 1949. 1984 est communément considéré comme une référence du roman d'anticipation, de la dystopie, voire de la science-fiction en général. Wikipédia

    Seulement un mauvais rêve ? , Migrants for sale: Slave trade in Libya , Un autre monde est possible , Akira , This is our world 


    votre commentaire
  • n

     CARLES FONTSÉRÉ  (1916 – 2007)

     Carles Fontserè i Carrió, né le 9 mars 1916 à Barcelone et mort le 4 janvier 2007 à Gérone, est un affichiste, photographe, illustrateur et scénographe espagnol. Wikipédia

      Il naît à Barcelone en 1916. Issu d’une famille de la bourgeoisie, il est attiré par l’art graphique d’avant-garde, il connaît Helios Gómez, rencontre les surréalistes. C. Fontserè malgré tout commence par dessiner pour la droite traditionnelle catalane. Début 1936, il adhère au Syndicat de Dessinateurs Professionnels (SDP) et se frotte à tous ses artistes bouillonnants. Il a vingt ans en juillet 1936 et malgré sa jeunesse, il propose des affiches aux organisations anti-fascistes d'une rare force (CNT ; UGT ; Generalitat de Catalogne). Son affiche la plus célèbre reste le cri d'un paysan levant sa faucille : “Liberté !” sur un drapeau rouge et noir signé FAI. Il est actif au sein du SDP de Barcelone (UGT). Il dessine beaucoup d'affiches, mais aussi, propose d'autres animations graphiques : c'est Carles Fontserè qui propose à Ricardo Sanz (de la CNT) de décorer les trains qui sillonnent les réseaux contrôlés par les anti-fascistes. En 1937, il s'engage dans les Brigades Internationales sur le front de Madrid, puis sur l’Èbre. La plupart de ses affiches sont rédigées en catalan. En 1939, il connaît les camps de concentration du sud de la France. C. Fontserè réussit à se faire transférer dans une résidence surveillée de la région parisienne. Pendant l’occupation, il participe à la résistance. La libération de Paris en Août 1944 lui inspire un tableau. A la fin des années 1940, il part travailler comme dessinateur de presse et affichiste à Mexico, puis à New York. Il rencontre le poète Rafael Alberti avec lequel il travaille sur Rome. Après la mort de Franco, Carles Fontserè revient à Barcelone, il donne de nombreuses interviews, participe aux expositions d'affiches de la guerre civile et écrit trois livres de mémoires dont le célèbre : Mémoires d'un affichiste catalan (voir son article Réflexions sur les affiches de la Guerre d'Espagne 1936 – 1939 dans “Textes d’analyse”). Le mouvement libertaire lui demande plusieurs affiches (F. Ferrer, Congrès de la CNT, Athénée populaire, etc). A l'occasion d'une exposition sur l'anarchisme catalan et la guerre civile, il réalise sa dernière affiche pour les libertaires en 1986. « Mon style a surtout été influencé par Helios Gómez. Étant plus âgé que moi, il a pu voyager en Allemagne, nous apporter des formes nouvelles comme le cubisme, le réalisme, j'ai essayé de l'imiter. » C. Fontserè. . Voir le texte de présentation sur les affiches de la Guerre civile

    carles fontserè - YouTube

     4 photos3 Janvier, 21:42 · 

    4 janvier 2007 : AFFICHE DE DECES 

     

    Carles FONTSERÈ fut l’un des plus importants affichistes anarchistes catalans de la révolution espagnole. Né le 9 mars 1916 à Barcelone d'une famille carliste (branche monarchiste), il s'en éloigne, commence une carrière artistique comme illustrateur et s'affilie début 1936 au Syndicat des Dessinateurs Professionnels (SDP) aux côtés d'Helios Gómez. Lors qu’éclate la révolution, il met alors son talent au service des organisations de gauche et en particulier de la C.N.T et la F.A.I pour lesquelles il va réaliser de nombreuses affiches, et des fresques qui orneront les trains sillonnant la zone républicaine.

     

     
    L’image contient peut-être : 1 personne, texte
    L’image contient peut-être : 1 personne, barbe
    L’image contient peut-être : texte
    L’image contient peut-être : texte
     

    votre commentaire
  • n

     
    L’image contient peut-être : une personne ou plus et plein air
     

    De Yannis Youlountas 1 Janvier 2017 · 

     

    Mes résolutions pour 2017 :
    - Rester au lit quelques temps
    - Boire une infusion relaxante en lisant des haïkus
    - Oublier le reste du monde, faire une parenthèse
    - Écouter un peu Obispo et Polnareff en triant la vaisselle
    - Faire un tour chez IKEA pour compléter et améliorer la déco
    - Repeindre le mur du salon
    - M'acheter une télé
    - Me poser un peu
    - M'abonner à Télérama et peut-être à Libé
    - Découvrir enfin qui sont Ruquier, Hanouna et Boccolini
    - Positiver
    - Reprendre un job stable
    - Acheter une montre
    - Demander la carte Intermarché
    - Me faire une blanquette de veau
    - Lire "Saveurs capitales" de Thierry Marx et Odile Bouhier
    - Jouer au Loto, juste pour voir, on sait jamais
    - Me faire des implants capillaires
    - M'abonner à une salle de remise en forme
    - Lire "Qu'est-ce qu'une vie réussie ?" de Luc Ferry
    - Acheter à crédit un coupé sport Audi A5
    - Récupérer un autocollant de soutien à la police pour les contrôles
    - Écouter France Info en alternance avec Rires et chansons
    - Relativiser
    - M'offrir une veste en cuir avec une ceinture assortie
    - Recadrer l'éducation des mômes
    - Rappeler qui est le chef à la maison
    - Essayer de comprendre ce qu'est "World of tanks"
    - Installer un home cinéma
    - L'inaugurer avec Bigard au Stade de France
    - Signer la pétition "Peine de mort pour les terroristes"
    - Essayer la recette de la cervelle d'agneau aux câpres
    - Faire mes excuses à Jean Lassalle et à Thierry Carcenac
    - Faire un stage harmonie, sérénité, bien-être
    - Dîner avec Chouard, Soral, Tepa et Berland pour faire la paix
    - Contrôler l'orientation de mon lit avec un coach de Feng Shui
    - Lire "Je m'appelle toi" et "Eloge du couple" de Jacques Salomé
    - Révéler mon être profond
    - Acheter un canari pour égayer la maison
    - Confier son alimentation aux enfants pour les responsabiliser
    - Le remplacer par un poisson rouge après l'avoir retrouvé mort
    - Partir pour de vraies vacances à Ibiza en all inclusive 
    - Revendre l'aquarium après la mort du poisson
    - Acheter un poster plein d'animaux pour la chambre des enfants
    - Me tenir au courant des matchs et du classement de Ligue 1
    - Organiser une soirée France-Îles Féroé avec des plateaux repas
    - Rappeler les assistants d'animateurs télé pour dire finalement ok
    - Repenser totalement ma carrière d'écrivain et de réalisateur
    - Essayer de gagner un max de tunes, être célèbre, avoir du pouvoir
    - Revoir complètement ma stratégie pour élargir mon audience
    - Faire un film pour les 99% en me moquant des 1%
    - Faire un film bio, 100% éco-responsable et capitalo-compatible
    - Faire un film antifasciste présentable, donc sans antifascistes
    - Que des films modérés qui ne dérangent ni le pouvoir ni les médias
    - Faire un film politique qui puisse être présenté au parlement
    - Faire un film écologiste qui puisse être présenté à la COP23
    - Faire un film sur la Grèce qui puisse être présenté à la troïka
    - Mettre un arrosoir d'eau dans mon vin et fermer ma grande gueule
    - Serrer des louches à la pelle, faire la bise à gogo et toujours sourire
    - Demander un max de sous au CNC et de subventions aux élus
    - Demander à des grandes marques des fournitures et du matériel
    - Signer des partenariats avec plein de journaux et de radios
    - Mettre au bas de l'affiche du film plusieurs lignes de logos
    - Préparer une sortie nationale avec un plan com d'enfer
    - Prévoir des sous-produits marketing, des tee-shirts, des badges
    - Multiplier les plateaux télés, même et surtout les plus débiles
    - Vendre ensuite les DVD bien chers, y compris sur Amazon
    - Rompre avec l'habitude de mettre en ligne gratos sur youtube
    - Signer des contrats de VOD avec Apple, la FNAC, etc.
    - Laisser tomber le creative commons, vive le copyright !
    - Encaisser un max de flouze, d'oseille, de blé, de pèze
    - Stopper le soutien aux initiatives solidaires autogérées
    - Leur dire : désormais, chacun sa gueule, j'ai une piscine à construire
    - Arrêter de me prendre la tête avec les problèmes des autres
    - "La seule façon de te sauver toi-même, c'est de lutter pour toi tout seul"
    - Demander des droits d'auteur également pour mes livres
    - Me trouver un éditeur parisien réputé
    - Bouffer avec lui, rue des Saint-Pères ou quai Panhard-et-Levassor
    - Rire poliment à chaque trait d'humour, échanger des flatteries
    - Choisir un titre parmi la liste proposée par le service commercial
    - Réécrire mes paragraphes trop radicaux ou peu vendables
    - Rajouter des petites phrases pour les citations du plan com
    - Lire "Le philosophe de service" de Raphaël Enthoven
    - Devenir copain avec Raphaël et avec ses copains
    - Trouver un costume Cacharel à ma taille et une chemise assortie
    - Faire des séances d'UV et refaire toute ma dentition
    - Apprendre à écouter Bruel, Sardou et Pagny sans pouffer de rire
    - Apprendre à écouter dire du mal des prolos et des rebeus sans riposter
    - Apprendre à faire gaffe à ce que je dis partout, même sur Facebook
    - Accepter le monde tel qu'il est.

    Pfff ! Finalement, non. Je vais plutôt continuer à chier dans la colle en bouffant des clous. Pas besoin de la grande bouffe, du copinage médiatique et du fric à gogo. Besoin de rien. Et puis, c'est pas tout ça, mais on a une révolution à accomplir. N'est-ce pas ?

    Y.Y.

    https://www.youtube.com/watch?v=laaUwF7NplM

    (merci à Aurore.H pour sa photo)

    L’image contient peut-être : chat
     
    J’aimeAfficher plus de réactions
    Commenter

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique