• L’image contient peut-être : 1 personne, texte

    4 partages  la publication de Flores Magon.


     
    Nicolas Hernandez Cointot
    Nicolas Hernandez Cointot Il ne faut surtout pas déplaire a la Turquie et a son fuhrer

     

     

     n LA NOVLANGUE dans 1984 de George Orwell - Grain de ... - YouTube

    Non, ce n'est pas une surprise. Tout l'Histoire des luttes pour l'émancipation sociale à commencer par celle des révolutions en est la sombre répétition : revoilà fascisme et capitalisme main dans la main contre nos ilots d'utopie, une fois de plus.

    Et ensuite, bien sûr, on nous martèle qu'il n'y a pas d'alternative, que nous n'avons pas d'exemple sérieux à proposer, que la Commune de Paris ou l'Espagne de 1936, ça n'a pas marché, que nous sommes des rêveurs complètement irréalistes.On nous dit aussi que certains parmi nous sont violents, qu'il faut savoir être raisonnable et patient, ou encore que les choses s'amélioreront d'elles-mêmes avec le temps.

    Foutaises ! Le capitalisme se combat, au même titre que le fascisme. Il est mortel pour la vie sur Terre et détruit toutes les autres voies possibles qui apparaissent et disparaissent au fil des années.

    A l'instar du sinistre Macron, le capitalisme est un fléau. Il n'est en rien un rempart contre le fascisme. Il est son complément, son partenaire, son collaborateur dans le système global de domination.

    Y.Y.

    En pleine offensive d’Afrin, le pouvoir turc attise la ferveur nationaliste

    Le président Erdogan utilise l’unanimisme patriotique à son profit en vue des élections de 2019, qu’il pourrait anticiper.

     

    Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, à Ankara, le 1er février.

     

    Médecins, journalistes, internautes, plus de 300 personnes ont été interpellées depuis le 20 janvier en Turquie pour avoir critiqué l’offensive militaire sur l’enclave d’Afrin au nord-ouest de la Syrie. Huit responsables de l’association des médecins de Turquie ont été placés en garde à vue dans plusieurs villes du pays, mardi 30 janvier, à cause d’un communiqué dans lequel l’association évoquait la guerre comme « problème de santé publique ».

    L’auteure et journaliste Nurcan Baysal, qui avait publié des Tweet critiques, a vu vingt membres des forces antiterroristes démolir la porte de son domicile à Diyarbakir, dans le sud-est du pays, pour pénétrer dans le salon où elle regardait la télévision avec son mari et ses enfants dans la nuit du 21 au 22 janvier. Après trois jours passés en garde à vue, elle a été relâchée avec interdiction de quitter le pays. « L’Etat veut faire taire les voix opposées à la guerre, tous les segments de la société, les médias au premier chef, doivent soutenir sa guerre », écrit-elle dans un texte publié juste après sa détention sur le site d’informations Ahval.

    L’opération militaire ne peut être discutée. Les débats sont proscrits, les manifestations sont interdites, la moindre critique appelle une sanction. Supprimer les derniers espaces de liberté est aisé alors que l’état d’urgence est devenu permanent, prolongé début janvier pour la sixième fois consécutive depuis le putsch raté du 15 juillet 2016.

    Le président Erdogan multiplie les imprécations. « Croyez-moi, ils ne sont pas des intellectuels, juste une bande d’esclaves, les domestiques de l’impérialisme », a-t-il déclaré face aux militants de son Parti de la justice et du développement (AKP, islamo-conservateur), réunis la veille à Amasya (région de la mer Noire). Les 170 intellectuels auteurs d’une lettre d’opposition à la guerre envoyée récemment aux députés, toutes tendances confondues ? « Des traîtres. »

    source 

    Afrin • Les rameaux d’olivier sont rouge-sang 30 janvier 2018

    Afrin • Les rameaux d'olivier sont rouge-sang | KEDISTAN KEDISTAN.NE

    21 janvier 2018 l'opération «Rameau d'olivier» , 02 février 2018 Journalism in times of war: A Middle East perspective


    votre commentaire
  • n

    le service commandé. L’échine des travailleurs est habituée au harnais. Au temps de la jeunesse et de la force, ils sont les seuls domestiques qui ne ruent pas dans les brancards.
    L’honneur spécial du prolétaire consiste à accepter en bloc tous les mensonges au noms desquels on le condamne aux travaux forcés : devoir, patrie, etc. Il accepte, espérant ainsi se hisser dans la classe bourgeoise. La victime se fait complice. Le malheureux parle du drapeau, se frappe la poitrine, ôte sa casquette et crache en l’air :
    – Je suis un honnête ouvrier !
    Ça lui retombe toujours sur le nez. » (...)
     
    ★ 5 textes extraits de La Feuille, journal fondé par Zo d’Axa en 1897 et qui paraît jusqu’en 1899. Une anthologie des meilleurs articles, (Les Feuilles, éd. Société libre des gens de lettres, Paris)
     

    Fake news.

    Dans une interview accordée au journaliste britannique Piers Morgan et diffusée la semaine dernière, Donald Trump s'est (encore une fois) montré sceptique sur la réalité du réchauffement climatique, comme le rapporte le site américain de fact-checking PolitiFact. A la question : «Croyez-vous que le changement climatique existe ?», le président américain répond notamment «(...) Les calottes glaciaires devaient fondre, elles devraient avoir disparu maintenant, mais elles atteignent des records.» Mais «Trump a tort» écrit le site, données de la NASA et du Centre national de données sur la neige et la glace, expertises de chercheurs (entre autres) à l'appui.

    «Liste du Kremlin» : Washington cible la galaxie Poutine

    Russie.

    Le Trésor américain a rendu publique lundi une liste de 210 personnalités, politiques ou hommes d'affaires plus ou moins proches du président russe, et laissé planer la menace de sanctions. Notre article.

     
     
     

    NORTH KOREA'S NUCLEAR

    Here is what we know about North Korea's nuclear capabilities and motivation.

     

    In September 2017, KCNA released a photo of the North Korean leader inspecting what it said was a hydrogen bomb that can be loaded on an ICBM.

    ts and governments estimate plutonium production levels from tell-tale signs of reactor operation in satellite imagery.


    votre commentaire
  •  

     

    n

    The prison on Guantanamo Bay has held about 780 detainees since it opened in 2002 [Lucas Jackson/Reuters]

    The prison on Guantanamo Bay has held about 780 detainees since it opened in 2002 [Lucas Jackson/Reuters]

    Donald Trump confirmed this week that he would keep the Guantanamo Bay detention facility open, a move experts say is unsurprising yet will likely mean that several dozen remaining detainees will not be able to leave the infamous prison.

    Expanding the 'War on Terror'

    Despite serving as president when the prison was first created - in the aftermath of 9/11 and as part of his administration's "War on Terror" strategy - George W Bush eventually made an about-face, stating that he intended to close Guantanamo.But the former president never followed through.In late 2008, as he prepared to leave the White House, senior officials within the Bush administration told the New York Times that he never reviewed proposals from the US State Department and the Pentagon outlining options for the transfer of Guantanamo detainees.Obama also pledged to close Guantanamo. However despite issuing an executive order to close the prison only two days after he was inaugurated for a first term, in January 2009, Obama had failed to fulfill his promise when he left office in 2016.Karen Greenberg, director of the Center on National Security at Fordham University's School of Law, told Al Jazeera the "idea of institutionalising Guantanamo is wrong now, it was wrong in the past [and] it's always going to be wrong".In this light, the Trump administration's decision is "unfortunate and unnecessary"."The best you could say about it, would be that it was only meant symbolically to sort of rebuke or poke at yet another thing that President Obama did," Greenberg said, referring to Obama's promise to shutter the facility. But she said "it means a lot more than that": the move effectively takes away any doubt that the US has no intention to close Guantanamo and it is "as if to say, 'It's too difficult, period'".

    Trump's executive order also states the US "may transport additional detainees" to Guantanamo "when lawful and necessary to protect the Nation", a clause Greenberg said "is a dangerous part [of the order] because the 'War on Terror' seems to be an ever-expanding issue".

    Legal challenge continues

    The Center for Constitutional Justice, Reprieve and other lawyers filed a petition on January 11 challenging the continued detention of the prisoners at Guantanamo on the basis it is unconstitutional. 

    "The US has had 16 years to build a case against these men, and yet 28 of 41 prisoners are held without charge or a trial of any kind – a shocking violation of America's founding principles," Shelby Sullivan-Bennis, a Reprieve lawyer representing several Guantanamo inmates, said in a statement at the time.

    According to Dixon, while Trump's executive order may be "politically expedient", it does not change the fact that the release of Guantanamo detainees will be largely left up to the courts to decide."He may think it's up to him, but it's not. It's up to the courts," Dixon said."The more the president demonstrates through his actions and through his statements that he has no intention of transferring anyone or closing Guantanamo, the more likely it is that a court will order him to do that."

    SOURCE: AL JAZEERA NEWS : Guantanamo Bay , United States , US & Canada , Donald Trump

    [A relire]
    En France, plus d’un tiers des prisons sont en partie gérées par des grands groupes privés. Cette privatisation rampante pose une autre question : le...

    Afficher la suite
    En France, plus d'un tiers des prisons sont en partie gérées par des grands groupes privés. Le mouvement de privatisation du système carcéral, entamé (...)
    BASTAMAG.NET

    nla publication de L'Envolée journal.

     
     
    "Alors avant que tout explose et que le débat s’oriente sur « la violence des prisonnier.e.s », des proches d’incarcéré.e.s, qui viennent de créer le 1er syndicat de prisonniers (le Syndicat PRP ), prennent la parole pour dénoncer les violences de l’AP et de l’État, et mettre le point sur la situation qu’ils vivent actuellement."
     
    CRÉATION DU 1ER SYNDICAT DE PRISONNIERS (PRP) ET GRÈVE DES MATONS : DOSSIER DE PRESSE   LAISSER UN COMMENTAIRE

    Fermeture des parloirs et de l’accueil aux familles, remises de peines bloquées, jugements reportés pour les prévenu.e.s comme les condamné.e.s, pas d’accès aux cabines téléphoniques, à la promenade et à la plupart des activités, fermeture des cantines et rationnement des gamelles, coupures d’eau/ d’électricité, pneus cramés devant les portes…

    Voila 2 semaines que les matons ont abandonnés leur poste pour fanfaronner à la télé et pleurnicher sur leur situation (à se demander à quoi ils s’attendaient en passant le concours). Ca réclame plus d’armes, plus de personnel, plus d’encadrement, bref plus de sécuritaire. Et pendant ce temps, la machine carcéral continue de tourner et de broyer des vies au quotidien. Bah oui, on allait quand même pas arrêter les condamnations et fermer les prisons ! Alors les keufs et les ERIS s’occupent du maintien de l’ordre, les mouvements des détenu.e.s sont restreints et le peu de confort qu’on peut gratter à l’intérieur est retiré. On tente de les pousser à bout. A l’extérieur, les familles n’ont pas de nouvelles de leurs proches, se retrouvent bloquées devant les parloirs avec comme accueil ligne de matons et pneus en feu. Et la pression monte, les journées se ressemblent et sont toujours plus sombres.

    Alors avant que tout explose et que le débat s’oriente sur « la violence des prisonnier.e.s », des proches d’incarcéré.e.s, qui viennent de créer le 1er syndicat de prisonniers (le PRP), prennent la parole pour dénoncer les violences de l’AP et de l’État, et mettre le point sur la situation qu’ils vivent actuellement.

     

     

     Dominique Grange - La voix des prisons

    Articles :

    Le Monde

    Le Monde 2

    20 Minutes

    La Nouvelle République

    Le Point

     

    Sons :

    France Culture

    France Inter


    votre commentaire
  • n

     symbole de résistance au bétonnage systématique de la France et de la planète.
    Soutien aux zadistes à Notre dames des landes !Le combat continue le sourire aux lèvres et la rage au ventre !
     

     

    Vas y josé - Les sales Majestés -  n Rebelke Cheyenne Notre-Dame-des-Landes : rien n'est fini, tout commence. Restez informés : "Il n'y a pas à sauter en l'air comme des cabris,", certes. Mais on peut quand même féliciter les Zadistes et les encourager à continuer la lutte ou bien on fait comme le Mac' et ses CRS fachos : on les condamne tout de suite ?!!Seule la lutte paie, et la lutte sur la durée ! Ils sont en train de le prouver, tous ces gens. Et de prouver que l'on peut se battre y compris contre les apparatchiks politiques et syndicaux, locaux et nationaux : c'est-à-dire exactement ce que la FI et le programme 6ème république et "Avenir en Commun" avaient parmi leurs principaux objectifs.Permettez qu'on les encourage, et le faisant, que l'on encourage toutes les luttes ancrées sur la durée, la démocratie participative et des exemples de modes, de vie et de travail de la terre, alternatifs !Ou alors c'est comme si vous vouliez tuer Rémi Fraisse une deuxième fois ?!Aéroport annulé : je suis Bretonne et oui, je félicite les Zadistes, je les remercie, je participe de loin (puisque je suis très loin en ce moment !) au crowfounding pour les soutenir financièrement, et des membres de ma famille y vont, sur place. Et nous maudire, presque, et maudire nos luttes en nous accusant quasiment d'être "responsables" des malheurs du macronisme qui va soi-disant faire payer à d'autres (grévistes, syndicalistes, Zadistes d'ailleurs ?), cette (très petite) victoire (au vu de toutes la longueur de ces luttes), mais début de victoire quand même, en nous opposant les uns autres et en nous rendant quasi responsables de 10 ans de malheurs à venir pour les autres luttes, alors qu'il s'agit, je trouve, d'un long combat à citer au moins autant en exemple que le Larzac en son temps, quand on lutte (autrement que par des pétitions sur 'change" !!!), directement sur le terrain depuis des décennies contre le capitalisme, ça fait MAL !!! TRÈS !Et pour ceux qui veulent rester informés malgré tout, un lien :https://www.acipa-ndl.fr/Une Bretonne qui aime sa région, sa patrie ET la planète-Terre-Mère !Séries et fictionsSéries Peaky Blinders - Saison 4 (1/6)Saison 4 (2/6)Saison 4 (3/6)  This is our world Par Enkolo dans Accueil le 

    votre commentaire
  • n

     

    L'Europe en danger(s)? - Le dessous des cartes - 05.09.15 ... - YouTube

     Ils prétendent parler au nom du peuple, dont ils épousent habilement les attentes. À chaque problème, ils offrent invariablement les mêmes réponses : haro sur l'immigration, l'Europe et les élites. Marine Le Pen en France, Geert Wilders aux Pays-Bas, Viktor Orbán en Hongrie, Beppe Grillo en Italie... : à grand renfort de formules chocs et de rhétorique simpliste, les leaders de ces mouvements, qui ont réussi à se construire une façade respectable, captent l'adhésion de citoyens toujours plus nombreux. À l'échelle européenne, certains d'entre eux choisissent désormais de s'allier pour conquérir le Parlement, comme la présidente du Front national et le chef de file de l'extrême droite néerlandaise, qui espèrent triompher lors des élections de mai 2014. Comment expliquer le succès grandissant de leurs formations ? Sont-elles en marche vers le pouvoir ?Radiographie

     

     

    Populisme, l'Europe en danger - YouTube

    Faisons revivre cette mobilisation qui n'est pas terminée...en la diffusant...

    Merci.

    L’image contient peut-être : 2 personnes
    Radio Campus Bruxelles
     

    Micro Ouvert à écouter les vendredis sur Radio Campus Bruxelles 92.1 FM de 16h00 à 17h00.
    Et quand vous le voulez sur : http://microouvert.be

    Michel DÉGAGE, Francken BUITEN !
    Théo FACHO, Michel COLLABO !

    Depuis un mois, j’héberge des réfugiés (des libyens, des érythréens, des éthiopiens, des soudanais…). J’ai un tout petit appartement mais moi, ça me semble impensable de laisser des personnes comme cela dehors dans la rue. Dans l’insécurité surtout. Non seulement dans le froid mais aussi dans la peur. Et je suis allée par deux fois, visiter – en centre fermé – deux de mes invités. Je n’aime pas les qualifier autrement. Ils se sont fait avoir par la police. Leur projet, c’était d’aller vers l’Angleterre. Tous les deux jours, ils essayent de partir là-bas. Comme ils ont passé quelques jours chez moi, je suis (quand même) inquiète pour eux. J’essaye de garder le contact par sms ou téléphone. J’ai perdu contact de deux d’entre eux et j’ai appris qu’ils étaient enfermés. L’un à Steenokkerzeel et l’autre à Merksplas. L’un d’entre eux est en couple et futur papa. Sa femme est chez moi. Je dirais que c’est dramatique.

    Changement de gouvernement ou changement de la politique. C’est clair. Ils sont au Parc Maximilien. Qu’est-ce qu’on leur offre ? Si, nous, simples citoyens n’avions pas mis en route un système participatif de solidarité… Mais est-ce que quelqu’un du gouvernement va au Parc Maximilien pour savoir ce qui se passe ? Mais non. C’est une aberration.

    On n’est pas d’accord avec cette politique actuelle qui est menée et qui est intolérable, intolérante. Si on ne se montre pas et si on ne montre pas notre colère ce sera trop vite gagné. On veut que cela soit visible dans les médias. Ce n’est pas un petit fait divers qui se passe d’une semaine à l’autre. On restera là pour éviter que ça ne s’aggrave encore. On ne veut pas que cela se passe comme ça. Ce n’est pas uniquement Francken, c’est le système complet qui est en cause. Après lui, ce sera un autre. Le but, c’est de remettre en question tout le système.

    C’est tout à fait incompréhensible que ce gouvernement ne daigne pas entendre la voix des citoyens. Un gouvernement qui ne respecte pas les droits de l’homme. Un gouvernement qui collabore avec la police secrète d’une dictature…quelle est encore la légitimité de ce gouvernement ? La légitimité d’un gouvernement ne tient pas seulement aux nombres de voix qu’il a récolté pendant les élections. La légitimité d’un gouvernement tient à la politique qu’il mène. Au respect des droits internationaux. Hors, ce gouvernement bafoue les droits internationaux. Il nous envoie un secrétaire d’État qui vient mentir devant les députés. Quelle est encore la légitimité de ce gouvernement ??? Il faut qu’il dégage, s’est terminé.

    Il n’y a que les combats que l’on ne mène pas qui sont perdus d’avance.

    Il me fout les jetons Franckenstein. J’ai toujours eu peur de Franckenstein et je ne pensais pas qu’il existait. J’ai l’impression qu’il fait ce qu’il veut et qu’il a l’air d’être incompétent et d’avoir une méconnaissance des lois. Entre autres. Parce que j’ai l’impression que par moment, on s’endort. Et je n’aime pas cette idée d’être endormi dans un train-train quotidien quand d’autres, on leur train-train quotidien qui n’est pas un train-train. Les réfugiés sont obligés d’être éveillé tout le temps. Je trouve cela trop extrême.

    Je ne suis pas quelqu’un qui est engagé politiquement. Je suis juste sensible au sort des réfugiés. Je suis sensible à l’image véhiculée par le pays au travers d’un gouvernement que je n’aie pas choisi, que je subis mais que je respecte. Je crois que l’on peut influencer les décisions du gouvernement en manifestant…Si, il faut se battre, je me battrai. Oui. Effectivement, c’est moins drôle mais il faut l’envisager…Je crois que pour l’instant, heureusement (encore), nous sommes dans un pays démocratique. Mais le jour où cela ne sera plus le cas, effectivement je me battrai. Pour la démocratie. Pour le respect des droits de l’homme.

    Cela va faire 20 ans que l’on est dans des trucs pareils. Ça ne nous rajeunit pas. Le 22 septembre 2018, pendant 3 jours, il y aura la célébration des 20 ans de l’assassinat de Samira Adamu. Vous pouvez l’annoncer pendant 1 an à la radio toutes les semaines, tous les jours. Il faut un maximum de monde. Il faut profiter de cette occasion pour parler d’aujourd’hui parce que, c’est le but premier et en même temps de célébrer Samira…Une chanteuse. Femme. Noire. Assassinée par 9 hommes. Policiers. Blancs.

    Je suis responsable de la voix des sans-papiers à Liège. Nous, les sans-papiers, nous somme fatigués. La semaine passée, je suis sorti d’un centre fermé où j’étais depuis deux mois. J’ai été contrôlé dans un bus et comme je n’ai pas de papier…

    Is Europe's far right a threat to democracy? - UpFront - YouTube

    PAROLES DES GENS À LA MANIFESTATION DU 13 JANVIER 2018 À BRUXELLES – PHOTO : ISABELLE MARCHAL

    Italy activists fight 'controlled form of neo-fascism'

    The Far Right


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique