• De la servitude moderne

    n

     

     

    De la servitude moderne

     

     « Mon optimisme est basé sur la certitude que cette civilisation va s’effondrer.
    Mon pessimisme sur tout ce qu’elle fait pour nous entraîner dans sa chute. »

    > le texte :  http://www.delaservitudemoderne.org/texte

      " De la servitude moderne est un livre et un film documentaire de 52 minutes produits de manière totalement indépendante ; le livre (et le DVD qu’il contient) est distribué gratuitement dans certains lieux alternatifs en France et en Amérique latine. Le texte a été écrit en Jamaïque en octobre 2007 et le documentaire a été achevé en Colombie en mai 2009. Il existe en version française, anglaise et espagnole. Le film est élaboré à partir d’images détournées, essentiellement issues de films de fiction et de documentaires.


    De la servitude moderne,
     

    De La Servitude Moderne  par ClaVieFrere2011 . l. L’endettement de l’Etat :  cf voir l’article cfLien entre capitalisme et l’endettement - Antalya

    " La servitude moderne est une servitude volontaire, consentie par la foule des esclaves qui rampent à la surface de la Terre. Ils achètent eux-mêmes toutes les marchandises qui les asservissent toujours un peu plus. Ils courent eux-mêmes derrière un travail toujours plus aliénant, que l’on consent généreusement à leur donner, s’ils sont suffisamment sages. Ils choisissent eux-mêmes les maitres qu’ils devront servir. Pour que cette tragédie mêlée d’absurdité ait pu se mettre en place, il a fallu tout d’abord ôter aux membres de cette classe toute conscience de son exploitation et de son aliénation. Voila bien l’étrange modernité de notre époque. Contrairement aux esclaves de l’Antiquité, aux serfs du Moyen-âge ou aux ouvriers des premières révolutions industrielles, nous sommes aujourd’hui devant une classe totalement asservie mais qui ne le sait pas ou plutôt qui ne veut pas le savoir. Ils ignorent par conséquent la révolte qui devrait être la seule réaction légitime des exploités. Ils acceptent sans discuter la vie pitoyable que l’on a construite pour eux. Le renoncement et la résignation sont la source de leur malheur.Voilà le mauvais rêve des esclaves modernes qui n’aspirent finalement qu’à se laisser aller dans la danse macabre du système de l’aliénation.L’oppression se modernise en étendant partout les formes de mystification qui permettent d’occulter notre condition d’esclave. 
    Montrer la réalité telle qu’elle est vraiment et non telle qu’elle est présentée par le pouvoir constitue la subversion la plus authentique. 

    Seule la vérité est révolutionnaire."

    Jean-François Brient - de la servitude moderne

     

     Jean-François Brient - de la servitude moderne.http://www.delaservitudemoderne.org/texte.html

    n

    " Les élites capitalistes mondiales sont depuis longtemps passées maîtresses dans l’art d’exploiter les travailleurs dans leur entreprise continue de destruction du vivant. Se souciant avant tout des actionnaires, les principes de la gestion scientifique du travail ont servi à enchaîner les travailleurs aux priorités corporatistes afin de piller efficacement la planète. Ainsi, des humains sont socialisés afin d’accepter comme naturel des impératifs de croissance capitaliste, qui canalisent l’énergie humaine dans une opération d’éradication de la nature... "

     

    n« La décision de Donald Trump de retirer les États-Unis de l’accord de Paris est une mauvaise nouvelle pour la lutte contre le réchauffement climatique

    Le sable - Enquête sur une disparition Créé le mardi 22 avril 2014

    Suite à la décision prise par Donald J. Trump de retirer les États-Unis de l'#accorddeParisFrançoise Grossetête a déclaré : « Cette décision unilatérale est une mauvaise nouvelle pour la lutte contre le réchauffement climatique. Donald Trump agit de façon irresponsable. Pour autant, la mise en œuvre de l’accord de Paris, dont la #France et l’#UE ont été un moteur, doit se poursuivre. » http://bit.ly/2rip9e3 Accord de Paris : Donald Trump agit de façon irresponsable

    . Je…
    EPPGROUP.EU
     

    Climat : du soucis à se faire :

    " Contrairement à ce qu’il annonçait durant sa campagne, Trump, qui vient de retirer les États-Unis de l’accord de Paris sur le climat, "croit bien au changement climatique et à la responsabilité humaine dans celui-ci", a assuré son ambassadrice à l’ONU Nikki Haley. En effet, après l’annonce choc par Donald Trump d’un retrait de Washington de l’accord historique signé par 195 pays à Paris en décembre 2015 sous l’égide de l’ONU, la Maison Blanche avait refusé de dire si le président croyait bien à la réalité du changement climatique. Son ministre des Affaires étrangères Rex Tillerson, réputé favorable à ce que les États-Unis restent dans l’accord, avait assuré que la première puissance mondiale et second pollueur de la planète poursuivrait ses "efforts de réduction des gaz à effet de serre". Mais, en revanche, Scott Pruitt, administrateur de l’Agence de protection de l’environnement (EPA) et grand climato-sceptique, s’en est pris aux pays européens, accusés de vouloir affaiblir l’économie américaine, et aux "exagérateurs du climat"... Ce n’est pas tout, en Russie, au lendemain de l’annonce de Trump et tandis que les réactions indignées dans le monde entier continuaient à pleuvoir, Vladimir Poutine s’est plu à jouer le rôle de "modérateur" en déclarant, notamment : "Cet accord ne doit entrer en vigueur qu’à partir de 2021 [en réalité, il sera applicable en novembre 2020], nous avons encore le temps…". Ben voyons ! Et pendant ce temps-là : les glaciers ont encore le temps de continuer à fondre, et les espèces en voie de disparition ont encore le temps de disparaître à vitesse grand V, et la pollution due aux énergies fossiles ont encore le temps de faire ses ravages, etc. etc... "

    ages, etc. etc... "

    le journal en ligne sans dieu ni maître de la Fédération anarchiste
    MONDE-LIBERTAIRE.NET
     

    Via Basta, média indépendant

    ★ ... au-delà des multinationales: c'est le capitalisme qu'il faut dissoudre ! !

    " Savons-nous vraiment ce qu’est une multinationale aujourd’hui ? Comprenons-nous la nature de son pouvoir, de son « totalitarisme pervers » et les moyens de le combattre réellement ? Dans un livre important, De quoi Total est-elle la somme ?, le philosophe Alain Deneault dresse, à partir du cas de ce géant pétrolier, le portrait d’une multinationale comme un acteur politique mondial. Un acteur au-dessus des souverainetés démocratiques nationales ou internationales : un « pouvoir » en soi, évoluant dans un monde où les règles du jeu sont taillées sur mesure. Finalement, avons-nous réellement besoin des multinationales, s’interroge le philosophe ? Entretien. "

     Menée dans neuf pays, une large étude de l'Université d'Oxford révèle les méthodes des gouvernements pour mener une active campagne de propagande sur les réseaux sociaux. Entre influence et désinformation, les États sont prêts à tout pour créer du consentement grâce à des armées de bots.

    Dans neufs pays, 12 chercheurs réunis sous la tutelle de l’Université d’Oxford, ont épluché les preuves et stigmates d’une propagande étatique sur les réseaux sociaux.

     
     

    LA TENTATION MONDIALE DE LA PROPAGANDE

    Parmi les différents cas étudiés par les experts, la Russie fait figure de cas aussi à part qu’exceptionnel. Avec plus de 45 % des utilisateurs de Twitter en Russie qui seraient des bots, donc inexistant, le plus grand pays du monde est leader en matière de détournement des réseaux. Mais c’est un schéma que l’on retrouve en Chine, pays qui redouble d’effort du côté de Taïwan, où l’on va avoir également des milliers de bots téléguidés faisant la propagande électorale du Président Tsai Ing-Wen, favorable aux intérêts chinois sur l’île.

    45 % DES UTILISATEURS DE TWITTER EN RUSSIE SERAIENT DES BOTS

     
    Si nous retenons les exemples éloquents de la Russie ou de la Chine, Samuel Wooley, directeur du projet, tient à rappeler que les États-Unis sont également nourris de cette stratégie. L’universitaire explique qu’il s’agit selon lui d’une prolongation de la fabrique du consentement de Noam Chomsky. Il explicitait déjà sa théorie sur Slate US au lendemain de l’élection de Trump.
    1984 par Anderson, au cinéma en 1956
     
    LES BOTS, CHAIR À CANON DE L’INFLUENCE

    Partout où ils ont cherché à poser un diagnostic, les experts d’Oxford se sont confrontés à des bots. Pour eux, il s’agit véritablement du chaînon élémentaire de la propagande, même s’ils supposent, à leur tête, une prise d’initiative forte de la part de spécialistes de la propagande. Wooley fait cette analogie pour rendre compréhensible son analyse : « Les bots multiplient massivement le pouvoir d’une personne qui souhaite manipuler des internautes. Imaginez-vous qu’un de vos désagréables amis Facebook, celui de tous les pseudo-débats politiques, possède une armée de 5 000 bots. Ça deviendrait bien plus insupportable n’est-ce pas ?  »

    Robots danseurs

     Du côté de la Fédération Russe, les universitaires apportent les preuves d’une influence à la fois internationale, mais également locale. En effet, pour Wooley et son équipe, les cellules de propagande russe ont d’abord exercé et entrainé leurs tactiques d’influence sur leur propre territoire.

    « LA RUSSIE EST LE CAS À OBSERVER POUR DÉCOUVRIR COMMENT UN RÉGIME PUISSANT ET AUTORITAIRE UTILISE LES RÉSEAUX SOCIAUX POUR CONTRÔLER LES GENS. »

    La Russie ,Selon Poutine Créé le samedi 18 août 2012 

    VERS UN FUTUR MANIPULABLE ?

     

    L’étude montre que les armes connues en Russie se retrouvent, d’abord, en Ukraine. Le pays frontalier est le laboratoire de tests des outils d’influence russes depuis que les deux nations se sont enfoncées dans une guerre sans fin. Toujours selon Wooley, l’Ukraine serait également un cas à part : « Nous pouvons y analyser ce que la propagande informatique sera dans cinq ans, c’est le pays test pour les tactiques russes.  »

     Enfin du côté des pistes que les chercheurs distillent pour lutter contre la mise sous influence des réseaux sociaux, on retrouve les législations récemment adoptées par l’Allemagne contre la désinformation.

    Dans le rapport on peut ainsi lire : « L’Allemagne montre la voie en tant qu’autorité prudente en matière de propagande en ligne. Le pays préfère prévenir la manipulation en ligne de l’opinion plutôt que s’attarder aux différents problèmes que posent les mécanismes de propagande.  » Mais les chercheurs nuancent le travail du gouvernement Merkel en notant que « la plupart de ces mesures manquent de légitimité et d’une mise en application appropriée. Et certaines sont disproportionnées si on considère leurs conséquences en matière de liberté…  »

    L’équilibre est loin d’être trouvé par nos voisins allemands. Pour l’équipe de Wooley, une grande part de la réponse viendra par ailleurs des réseaux sociaux eux-mêmes. Néanmoins, pour cela, il faudrait selon l’étude qu’ils soient davantage sollicités par les gouvernements et les internautes. Les universitaires notent en effet, par exemple, que les bots commerciaux sont mieux gérés sur Twitter que leur cousins politisés.

    Vers la nécessité d’un ambassadeur ?

    A lire De la servitude moderneSocialisme libertaireLe paradoxe de notre époquel'intelligence artificielle,"Le meilleur des monde" Créé le lundi 02 mai 2016 , " CENSURE ou AUTO-CENSURE de l'information " Créé le vendredi 03 juillet 2015 , la servitude moderne -Un œil sur vous, citoyens sous surveillance" ARTE Créé le vendredi 26 juin 2015 , Des armes pour le monde Arte Créé le vendredi 13 juin 2014,  Le complexe militaro-industriel Créé le dimanche 15 septembre 2013 2, Paths of Glory" ("Les sentiers de la gloire"), Créé le samedi 28 décembre 2013 , La fabrique de la désinformation Créé le mardi 24 janvier 2017
     
     
    La démocratie, c'est nous Créé le dimanche 11 mai 2014, 
     
    Créé le dimanche 15 juin 2014

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :