• Birmanie : La malédiction des Rohingyas

    n

     

    J’aimeAfficher plus de réactions
    Commenter
     
     

     

    Il y aurait beaucoup a dire sur la liberté si souvent évoquée.
    D'abord de quelle liberté parle t'on?
     
    De la liberté pour un petit nombre de persécuter l'ensemble de la population, ou de la liberté pour cet population de mettre a la raison ce petit nombre de  de privilégié?
     
    Tant que les fantomes malveillants de la religion ou de la patrie heuteront l'air social et intellectuelle sous quelques déguisements qu'ils empruntent, aucune liberté ne sera concevable.
     
    De Benjamin Peret 

     


     
    Les sales majestés - Ni dieu, ni maître

     

    dans le groupe : Livres de tonton Bakou. Mars ou la guerre jugée le philosophe Alain est souvent proche de l'anarchisme en tant que rationaliste anticlérical et antimilitariste. n Mars_ou_guerre_jugee.pdf n PDF

     
     

     

    Critique Télérama de Birmanie : résistants, business et secret nucléaire, Documentaire, de Paul Moreira

     

    Une phrase prophétique opposante birmane Aung San Suu Kyi  : « l’argent renforce le pays, il faut donc éviter de travailler avec eux. »

     

    Que ce soit la Birmanie, le Tibet, les Mapuche au chili, les dérives des multinationales. sur la discrimaition dont sont victimes les nombreux peuples. La palestine reste l'endroit le plus médiatique, mais d'autre endroits restent dans l'ombre. sur la discrimaition dont sont victimes les nombreux peuples. La palestine reste l'endroit le plus médiatique, mais d'autre endroits restent dans l'ombre. La lutte et la communication passe maintenant par Internet. Nous nous devons de faire passer l'info. Un transfert de l'énergie nucléaire serait entrain de se mettre en place par des gaz et des paradis fiscaux, avec Total. Total paye, pour payer moins d'impôt et le reverser ensuite aux dirigeants birmans (détourner vers des banques singapouriennes)

     

    La responsabilité de Total est grande ! Le travail forcer, des militaires ont annexés les lieux. Victime d’un pays dictatoriale, que les pays condamnent d’un coté mais laissent leurs entreprises prospérer (et donc le régime)

     

    Birmanie : résistance, business et secret nucléaire - vidéo Dailymotion

     

     n Si les médias français s’en font l’écho depuis quelques jours, le milieu du rap français tente d’alerter sur le drame depuis plusieurs années.

    Si les médias français s’en font l’écho depuis quelques jours, le milieu du rap français tente d’alerter sur le drame depuis plusieurs années. En près de deux semaines, près de 400 000 Rohingya ont fui la Birmanie pour trouver refuge au Bangladesh, échappant ainsi aux violences commises par l’armée birmane. Or, si les médias français s’en font plus largement l’écho aujourd’hui, ce drame n’est pas nouveau. De longue date, cette minorité musulmane est victime de ségrégations dans un pays très majoritairement bouddhiste. Il est, en revanche, un milieu dans lequel on s’en émeut depuis plusieurs années : le rap. De nombreux artistes ont, en effet, déjà fait allusion aux Rohingya dans leurs textes ou leurs interventions publiques.

     ECLAIRAGE Médine, Kery James, Nekfeu… : le rap français tente d'alerter sur le sort des Rohingya depuis des années VIDÉO 24

    What's driving the ISIL attacks? Professor Gilles Kepel on what motivates ISIL attacks, and we debate Aung San Suu Kyi’s stance on Rohingya.

    09 Jun 2017 1 Human RightsMiddle EastISIS

     

    In this week's UpFront, political science professor Gilles Kepel weighs in on ISIL attacks and what he calls "third-generation jihadism". 

    e region.

    UPFRONT: Aung San Suu Kyi: Turning her back on Rohingya? (12:15)

    The army has declared a war against

    Aung San Suu Kyi  Rohingya, 

    Will Myanmar honour recommendations for persecuted Muslim Rohingya minority?

    Birmanie : résistants, business et secret nucléaire

    Deadly clashes erupt in Myanmar's restive Rakhine state

     

     n Le Bangladesh, refuge au bord de la rupture

    Enquête.

    Victimes d'un nettoyage ethnique dans l'Etat Rakhine, en Birmanie, des centaines de milliers de membres de la minorité musulmane traversent la frontière depuis août. Déjà miné par les catastrophes naturelles et la pauvreté, le pays d'accueil doit gérer une grave crise humanitaire.

    Vu sur Libération.fr 

    La compassion des Bangladais envers les réfugiés, qui partagent le même dialecte, est d’autant plus impressionnante que plus d’un tiers d’entre eux vivent sous le seuil de pauvreté. Mais des tensions se font déjà sentir. Le long de la magnifique plage de 100 kilomètres, bordée de falaises verdoyantes et d’hôtels de luxe, les acteurs du tourisme craignent que les images de hordes de réfugiés affamés et les embouteillages délirants compromettent la prochaine saison touristique, et qu’un coup fatal soit porté à l’environnement

    «La situation est très grave, alerte G.M. Khan, directeur des programmes de Tai, un organisme gouvernemental qui intervient dans les camps. Le Bangladesh est déjà surpeuplé. Absorber un demi-million de personnes supplémentaires est un fardeau énorme, et les risques sécuritaires et sanitaires sont immenses.»

    Le district de Cox’s Bazar est depuis toujours une plaque tournante pour les trafics en tout genre. Mais l’afflux d’une population désespérée est une aubaine pour la mafia, qui y trouve à bon compte des prostituées pour le marché local ou indien, des enfants isolés qui seront revendus comme domestiques, ou des «mules» pour le trafic de drogue. Depuis le début de la crise, chaque jour, la presse rapporte les arrestations de réfugiés chargés par les passeurs de tablettes de yaba, des méthamphétamines fabriquées en Birmanie.

    Un médecin étranger, vieux routier de l’humanitaire, explique, la gorge nouée : «Personne ne va vous le dire en face, mais on est complètement dépassés. Le risque d’épidémie est énorme. On se prépare au pire. La question n’est pas "si", mais "quand".»

     

    Birmanie : La malédiction des Rohingyas ARTE Documentaire

     n LE SUPPLICE DES ROHINGYAS

     

     

    Reportage] En Birmanie, les extrémistes en robe de Ma Ba Tha gagnent du terrain

     

     Religions « de paix » et « de guerre » en Birmanie POST DE BLOG La tragédie des Rohingya de Birmanie rappelle que le bouddhisme n’est pas plus une religion « de paix » que l’islam ne serait une religion « de guerre », note l’historien Jean-Pierre Filiu.

    DEUX POIDS DEUX MESURES

     Ce pays mythique restera une fiction, alors que la tragédie birmane est bien réelle. Mais imaginons un instant le tonnerre de protestations qui aurait accompagné les persécutions aujourd’hui infligées en Birmanie, si celles-ci avaient été menées par des Musulmans, toujours soupçonnés de violence, à l’encontre de Bouddhistes, spontanément crédités de pacifisme. La Sayyida n’existe pas, c’est Luc Besson qui a mis en scène la « Lady » sous les traits de Michelle Yeoh

    Notre monde s’est habitué, depuis Sarajevo et Grozny, à ce que les massacres de Musulmans laissent de marbre des consciences qui s’émeuvent légitimement face à d’autres violations massives des droits de l’homme. La lutte contre le « terrorisme islamiste » est bien commode pour justifier des indignations aussi sélectives. Oui, l’Armée du Salut des Rohingyas du Arakan (ARSA) a ouvert cette crise, le 25 août, en menant des attaques coordonnées contre les forces birmanes de sécurité. Non, la Birmanie, confrontée pourtant depuis des décennies à différentes guérillas ethniques, n’a jamais vu un tel acharnement contre une population civile assimilée aux « terroristes » et traitée comme telle. Oui, l’ARSA a proclamé un cessez-le-feu dès le 30 août, que l’armée birmane a balayé pour mieux expulser en masse les Rohingyas vers le Bangladesh. Non, la « désinformation » n’est pas à sens unique, elle est largement pratiquée par les uns comme les autres.

    UNE TRAGEDIE TERRIBLEMENT PREVISIBLE

     L’engrenage menant à la crise actuelle remonte au moins à 2012, quand une vague de troubles a frappé la province birmane d’Arakan/Rakhine, frontalière du Bangladesh.

    J’avais sur ce même blog, en février dernier, mis en garde contrl’abcès de fixation jihadiste que pourrait rapidement constituer la Birmanie si rien n’était fait pour traiter au niveau local et politique ce qui est fondamentalement un problème politique et local. L’ARSA continue d’avoir la Birmanie, et la Birmanie seule, pour horizon, tandis que la propagande jihadiste tente de se saisir de la tragédie des Rohingyas au profit, entre autres, d’une implantation plus solide de Daech en Asie du Sud-Est. Il est certain que la zone frontalière entre le Bangladesh et la Birmanie fournirait des possibilités infinies à des réseaux transnationaux, que personne n’a encore signalés sur ce théâtre.

    Il n’est peut-être pas trop tard pour éviter une nouvelle escalade dont ne pourraient profiter que les réseaux jihadistes. Le rapport remis à Aung San Suu Kyi, le 23 août, par Kofi Annan, ancien secrétaire général de l’ONU, et lui aussi prix Nobel de la Paix, fournit toutes les recommandations nécessaires en vue d’une solution durable de la crise dans la province birmane de Rakhine/Arakan. Mais la majorité bouddhiste de Birmanie doit enfin accepter que les Musulmans de ce pays ne sont pas des citoyens de seconde zone, voire des étrangers à pousser à l’exode. Cette crise, politique et non religieuse, a donc des enjeux qui dépassent de loin la Birmanie et le sort des Rohingyas. Il serait temps d’en tirer toutes les conséquences.

    Reportage ARTE : Déferlement de haine contre les musulmans en Birmanie.

     

     n

    Cox's Bazar

     Lire aussi - Le parcours chaotique des Rohingyas à travers l'histoire , » Nicolas Baverez : «La tragédie des Rohingyas»

    Cox's Bazar

    Birmanie : les corps de 28 villageois hindous retrouvésDes rohingyas attaqués par des moines bouddhistes  Les agitateurs font partie du groupe radical Sinhale Jathika Balamuluwa (Force nationale cinghalaise). L'île de l'océan Indien connaît une montée de l'extrémisme bouddhiste - le bouddhisme est la religion majoritaire au Sri Lanka.

    » BIRMANIE : RÉSISTANCE, BUSINESS ET SECRET NUCLÉAIRE 20 OCTOBRE 2017

     » Birmanie : résistants, business et secret nucléaire - citoyenactif


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :