• Tokyo Freeters

    n

     


     L'interview de Mario Dragh
    Pour éviter la surchauffe de son économie, qui croît au rythme de plus de 6 % par an, le Brésil veut réduire ses dépenses publiques afin de freiner l'activité. Avec 0,1 % de croissance au premier trimestre 2010, la France entend elle aussi réduire de façon drastique ses dépenses publiques. Cherchez l'erreur Le Dessous Des Cartes - Economie Mondiale - Vidéo Dailymotion h
     
     Serres : "Ce n'est pas une crise, c'est un changement de monde" - leJDD.fr
    Ce n'est pas possible, cela ne peut plus durer
    Ces marges sont trop ridicule
    Et tout ces couts... impots.... salaires
    Il faut réduire tout cela

    Mais..heu Mister président... les salaires

    Quoi les salaires
    Supprimer les salaires et virer tout le monde
    Monsieur, c'est un désastres... Certes la concurrence a été tuée
    Mais tout le monde est mort, il ne reste plus un gugusse pour faire tourner les machines
    Du coup elles sont mortes, plus de ressources naturelles... Me^me plus d'animaux
    Et plus grave, notre chiffre d'affaire s'est effondré : il faut faire quelque chose

    Mais nous sommes seuls Monsieur le Président, nous sommes les derniers

    M'en fout, trouvez une solution
    Z avez qu'a lancer dans le marketing interstellaire
    Et vous richard, faites renforcer la sécurité, on n'est jamais trop prudent"

     

    Reportage ARTE: Tokyo Freeters - YouTube


     

    en fait ce documentaire dresse un portrait non seulement des japonnais mais essentiellement mondial. Bien que l'on ne nomme pas freeter, ailleurs dans le monde les jeunes générations travaillant pour des agences à salaire inférieur à leurs ainés sont maintenant monnaie courante. Chez moi aussi (je vis au Québec) cette situation existe. Bien que dans les années 60 70 lors de la révolution tranquille (c'est l'équivalent Québecois des 30 glorieuses), des gens se retrouvaient des emplois garanties à vie à salaire d'or, de nos jours les employeurs en particuliers ceux de l'état (qui représente une part très importante ici au Québec) font maintenant appel à des agences où souvent les salaires et conditions sont revus à la baisse. Par contre, la différence majeure c'est la résistance que l'on retrouve là-bas. Ici la plupart des jeunes sont soit indifférent ou manifeste certes comme l'on vue en 2012 mais rapidement on passe à autre chose et pendant ce temps nos conditions se dégradent, comme en Europe ou au USA. Il s'agit bel et bien d'un mal mondial et je crois qu'une réponse mondial deviendra tôt ou tard nécessaire sinon un recul net des conditions de vies est à prévoir...



     

    Le risque systémique : Plusieurs formes d'interdépendance sont distinguées :

    interdépendance structurelle : un événement économique touchant un pays affecte automatiquement l'évolution économique de l'autre pays
    ;interdépendance des objectifs : la réalisation des objectifs de politique économique d'un pays dépend de la réalisation des objectifs de politique économique des autres pays ;
    interdépendance des chocs exogènes : l'interdépendance des économies entraîne la transmission entre elles des chocs qui viennent les frapper ;
    interdépendance stratégique : la politique économique optimale d'un pays dépend des mesures prises par l'autre pays.
    [c=black] " S'il y a bien quelque chose que le socialiste français fera pour le continent, c'est légitimer un capitalisme européen instable de par nature et profondément injuste."
     

    [c=black]Jérôme E. Roos
    militant et économiste politique

     
     
     
    Ces chefs d'Etat qui se recyclent dans le business : La Finance imaginaire [Ces chefs d'Etat qui se recyclent dans le business. En cas de défaite à la présidentielle, Nicolas Sarkozy pourra toujours tenter de se reconvertir dans les affaires, en suivant l'exemple de Bill Clinton, José María Aznar, ou encore Tony Blair. 

    La Finance imaginaire , Qui est David Einhorn?Lois et lobby financiers 
     

     
     
     Le modèle allemand: des "minijobs" payés rien du tout. Mais qu'est ce qu'on attend! Un petit article sur les emplois précaires sous payés mis en place en Allemagne par la social démocratie, qui décidément a dans ce pays une très longue histoire de trahison (plus qu'ailleurs)...  " Modèle Allemand" - citoyenactif
     
    Au Japon, la nouvelle majorité élue le 16 décembre dernier voulait frapper un grand coup et elle l'a fait. Le 15 janvier dernier, le gouvernement du revenant Shinzō Abe a validé un plan de relance de l'économie de 10 300 milliards de yens, soit la bagatelle de 89,5 milliards d'euros. Si l'on rajoute à ce montant les contributions promises par les collectivités locales et les entreprises privées, la somme injectée pour relancer la machine économique devrait même s'élever à 175 milliards d'euros.
     
    Le réflexe japonais de la relance publique

    le plan de relance est une constante des politiques publiques locales, même quand les "libéraux" sont au pouvoir.
     
    Durant les années 90, alors que les dirigeants japonais cherchaient par tous les moyens à empêcher l'éclatement de la bulle de ravager des décennies de "miracle japonais", le "plan de relance" était l'arme la plus couramment proposée, et la plus sollicitée par les électeurs japonais.
     
     Entre 1992 et 2002, pas moins de 12 plans de relance (!) ont ainsi été lancés, injectant 1 000 milliards d'euros dans les rouages de l'économie japonaise. Pour un succès pour le moins discutable...
     
    Car en effet, si les infrastructures japonaises ont pu se développer grâce à ces politiques de grands travaux, c'est souvent en dépit du bon sens, à grands coups de milliards finançant des routes inutiles et des ponts que personne n'emprunte, mais dont la construction a le mérite d'entretenir un semblant d'activité économique et de maintenir le chômage à un taux faible. Un système qui ressemble à s'y méprendre à une fuite en avant, largement entretenue par des élus soucieux que leur circonscription d'élection soit copieusement arrosée de ces subsides publics.
     
    Désastreux mais prévisible résultat : alors qu'en 1990, la dette publique japonaise représentait environ 65% du PIB, cette proportion a rapidement surpassé tous les autres pays développés, pour venir frôler en 2012 l'inquiétante barre des 220%. Autant dire que ce nouveau plan de relance massif, lancé par une majorité politique en recherche de soutien populaire, laisse planer une certaine inquiétude.
     
     
    Primo, les grands travaux, élément indispensable à tout bon plan de relance estampillé japonais, répondent cette fois-ci à un vrai besoin : la reconstruction de la région du Tōhoku, dans le nord-est du Japon, dévastée par le tsunami du 11 mars 2011. Secundo, plutôt que de sortir la seule carte des travaux publics, pourtant très efficace électoralement, le gouvernement a l'intention d'injecter une partie des fonds pour intensifier le développement des nouvelles technologies (1,3 milliard d'euros prévus), une autre partie du plan (665 millions d'euros) servira à garantir les prêts accordés aux PME japonaises. Le gouvernement enfin a prévu la création d'un fonds de 200 milliards de yens (1,6 milliard d'euros) pour encourager les fusions et acquisitions à l'étranger.
    Enfin, le plan de relance, semble dans l'immédiat le seul moyen de relancer la consommation dans un pays qui a dû subir coup sur coup les conséquences de la crise économique, une catastrophe naturelle dévastatrice et un accident nucléaire majeur.
     
     "Le coeur du problème au Japon, c'est la consommation des ménages. Dans une situation de commerce international peu dynamique pour le Japon, la relance domestique reste le seul levier positif sur lequel le gouvernement peu compter pour l'instant." Au risque d'accroître une dette colossale ? "La dette brute du Japon est certes élevée, mais sa dette nette [passif total – actifs financiers de l'Etat] est encore très correcte. Le Japon est même le pays développé où le différentiel entre dette brute et nette est le plus élevé. Il faut donc tempérer l'image d'un Japon avec une dette gigantesque."
     

    Un plan qui aura aussi et surtout comme principale conséquence, au-delà des résultats sans doute mineurs sur l'innovation ou les travaux publics, de contribuer à la baisse du yen – une très mauvaise nouvelle pour les grandes entreprises américaines et européennes, les constructeurs automobiles en particulier, qui ont accueilli assez fraîchement l'annonce du gouvernement japonais.
     
    Et à raison : une semaine après l'annonce du plan de relance du gouvernement Abe,  qui ressemble surtout aux yeux de certains à une distorsion délibérée de la concurrence...
    (*) Damien Durand est diplômé de Sciences Po Paris et de l'IEP Grenoble, où il s'est spécialisé dans les problématiques politiques et économiques en Asie de l'Est et du Sud-Est.
     
    Après avoir disséqué l'actualité française sous toutes ses coutures pour le quotidien japonais Mainichi Shimbun, il est aujourd'hui le rédacteur en chef du magazine bimestriel Pays Emergents
     
    . Un oeil sur la planète - Japon : Le reveil du Sumo ... : 106 min  
    Beaucoup de visiteurs le disent, "arriver au Japon, c'est comme débarquer sur la planète Mars". Dans la rue, les images dépassent l'entendement, choquent notre rationalité européenne. Mais ce qui se voit aujourd'hui au Japon risque d'arriver demain chez nous. Ce pays est devenu prescripteur de modernité. Après nous avoir envoyés de l'électronique et des voitures, les Japonais exportent désormais leur culture : mode, sushis, karaokés, mangas, jeux vidéos. Et ce n'est pas sans doute pas fini car on oublie trop souvent que le vrai géant de l'Asie, c'est le Japon, de loin la deuxième puissance économique de la planète... 
     

     
     
     
     démographie de Vienne tire la sonnette d'alarme. La France reste une exception.
     
    Les données recueillies par l'Institut de démographie de Vienne, de l'Académie des sciences, sont éloquentes. Elles font état d'un fléchissement du taux de fécondité pour l'année 2011 dans la quasi-totalité des pays européens, ainsi qu'aux États-Unis, où la baisse a commencé en 2008, année de la faillite de Lehman Brothers. «Il y a un contraste très net entre la période de boom économique, entre 2005 et 2008 et l'après-crise financière», relève Tomas Sobotka, chercheur de l'institut autrichien.
     
    «Les données européennes montrent une corrélation très nette entre la hausse du chômage et le recul des naissances avec un décalage d'environ un an», explique Tomas Sobotka. L'Espagne, cas emblématique qui affiche le chômage le plus élevé d'Europe à plus de 26 %, a subi une baisse du nombre de naissances, dès 2009, un an après la dégradation du marché de l'emploi. Son taux de fécondité, après avoir grimpé de 1,23 en 2000 à 1,46 en 2008, est retombé à 1,36 en 2011.
     
    Vieillissement de la population
    «Les périodes de récession ou de stagnation sont généralement suivies par un à deux ans de réduction des taux de fécondité», écrivent les chercheurs de l'Institut de Vienne dans un rapport. Les jeunes femmes, surtout les plus éduquées, décident de retarder l'arrivée du premier enfant. Au-delà de la conjoncture - incertitude professionnelle, baisse des revenus... les freins viennent aussi des politiques d'austérité, des coupes budgétaires qui réduisent les aides destinées aux familles.
     
    Si l'on ajoute à cela les soldes migratoires négatifs, autre conséquence de la crise très nette en Europe du Sud (Portugal, Grèce, Espagne), il y a un risque pour le renouvellement des générations


     
    A lire aussi Le Japon a tout" bon" ! - citoyenactif
     

    , Attention Danger Travail , La crise au pays des... merveilles, Le chômage explose, Après PSA, c'est ta boite..., Manager de transition, L'art D'ignorer les Pauvres , Situation du travail en FranceLe système est vulnérable,!Royaume-Uni : les banquiers... , Le Capital - travail , tant qu'il y aura des profits , Tant qu'il y aura de l'argent...

     A lire : Pôle emploi, « infiltré » par France 2 - l'indigné révolté, Pole Emploi 
    A lire : Pôle emploi, « infiltré » par France 2 - l'indigné révolté, Pole Emploi en temps de crise - l'indigné, Chomage en France - citizen Khane, le chômage : mission impossible - citoyenactif, World Compagny et "la crise"

    Mercredi 6 février 2013
    Plan de relance : le Japon creuse-t-il sa tombe financière ?
     Damien Durand

    NOS VIES DISCOUNT le mercredi 20 mars 2013 

    La misère sexuelle et affective au Japon - YouTube :
     Documentaire -- Empire des Sans - YouTube : 
    PDF] 
    La crise de la fécondité au Japon
     
    A l'instar du japon, nous pourrons avoir un lien entre crise et la baisse de la natalité :
     
     Zone euro : la crise porte un coup à la natalité - Le Figaro :
    INFOGRAPHIE - Le taux de fécondité a nettement baissé dans les pays les plus touchés par la crise. L'Institut de

    n“La violence policière n'a rien d'accidentel” le mercredi 20 février 2013 

    Capitalisme : Le triomphe de l'argent roi  le dimanche 06 janvier 2013 

      Fukushima, une population sacrifiée Société par David Zavaglia

    LUNDI.AM

    La finance imaginaire 

     n Nous, ouvriers , n La finance imaginaire  Par Enkolo dans Accueil le 
    TV lobotomie le dimanche 14 octobre 2012 
    Fight Club Créé le mercredi 06 juillet 2016
    Après PSA, Doux au rapport ? le vendredi 14 septembre 2012 
    L'éducation victime de la crise mondiale le mercredi 11 juillet 2012 
    La Finance imaginaire le lundi 26 mars 2012 

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :