• Seulement un mauvais rêve ?

    n

    n
     
    Seulement un mauvais rêve ?

     
    Après avoir regarder Bienvenue a Gattaca, film de science fiction décrivant une société aseptisé , inégalitaire et autoritaire ou la biotechnologie et la société de contrôle, je me suis endormis en imaginant être en 2075. la COP21 : Xénophobie Business - Hensozu, J'écris ton nom rue Pajol - Antalya
     
    les sales majestés-petit papa noël
     



    « Le réveil sonne, il est 18 heures et déjà la chaleur me fait suffoquer, il me faut quelques secondes pour me rappeler qui et à quel endroit je suis. Je dois me dépêcher, je suis censé être au bureau dans une heure, de toute façon c'est seulement à ce moment la que le thermomètre passe sous la barre des 45 degrés, l'automne Les médias, donnant l'impression d'être indépendant mais suivant la même ligne politique égrène des faits divers et des morts de réfugiés bloqué à la frontière de l'Europe. Depuis longtemps des partis xénophobes se sont associés avec la droite nationaliste ou gauches nationalistes, car les lignes idéologiques se sont progressivement effacée face a la logique électorale, les liaisons dangereuses privé publique et le discours dominant sur la sécurité. Il n'est pas rare de voir d'immense affiche publicitaire ventant telle voyage que l'on ne pourra jamais offrir, en tout cas pour la majorité, car la précarisation  tolérable accepté par une société de consommation alternant achat d'impulsion de masse et discours sécuritaire, surtout en période d'élection. Si la société appelé Globalia, ou l'impression de " démocratie" domine par cette " liberté" a consommer"  et lâche temporairement la bride pour laisser manifester de Montparnasse a Nation une fois par mois, mais se sont surtout les nombreuses faites sois disant pour célébrer ou respecter telle ou telle croyance, mais en fait pour relancer la consommation par les loisirs. La robotisation ayant progressivement réduit l'utilité des travailleurs humains.
     

    PAGANI - Extrait de Et nous jetterons la mer derrière vous : « Seulement un mauvais rêve ?

     Les temps changent(la terre en 2075) film complet en français, HD!  A lire  2075 sur la terre , Les Temps Changent
     citizenkhane



     
    Les bouleversements climatiques mis en avant par les nombreux experts au début du 20 siècles se sont réalisés. Les températures ont fait un bon de + 5 ° celcius, rendant la vie quasi impossible dans de nombreuses régions du monde. Les conflits ont donc augmenter forçant les gouvernements par intérim à construire une grand mur transparent les protégeant des migrants et des caprices du ciels. 
     
    ...... Les départs des despérados se sont accentués et plus de la moitié meurt ou sont bloquer à la frontière de Globalia par les milices privatisées  car elles étaient plus flexibles et moins regardantes, du moment qu'elles étaient payées pour agir pour le compte de grands conglomérats ou politiciens ou vice et versa, car la ligne est très fluctuante.
     
    Dans plusieurs pays du Moyen-Orient et de l'Asie centrale, on jette de l'eau derrière celui qui s'en va pour qu'il revienne en bonne santé. On les appelle, migrants, kaçak, metanastes alors qu'ils sont Aziz, Sidiqi, Housine,Younes. Nous traversons avec eux ces villes non-lieux et ces zones frontières, grandes comme des pays entiers. Du foyer au chaos de la Grèce en crise, en passant par les rues d'Istanbul.

    En filigrane de leur voyage, les rêves, les espoirs qu'ils portent. Il n'en est qu'à son début, et ne trouvera peut-être jamais de fin.

    C'est l'histoire d'une Europe, de ses réalités, de ses frontières et de ses polices. C'est une histoire d'exil. Comment se raconter, dire son voyage, quand il s'agit de sa vie. Le film est cette rencontre, un voyage croisé qui permettrait la parole. A l'instar d'une frontière, de la langue, des statuts, des lieux possibles pour se voir, on se croise et on s'arrête. Un autre voyage commence alors.
    Et c'est l'eau de toutes les mers traversées que nous jetons derrière leurs pas.
     


    Sur la route d'Idris et Faouzi, la température a augmenté de plus de 8 degrés. Dans les villages privés d'eau, les dune ont remplacé les hommes. Le peu de végétation n'a pas survécue a la fournaise et les dernières palmerais sont retournés a la poussière. Le long de leurs routes, Idri et Faouzi s'apercevront que les rares puits d'eau qui rendaient la vie possible aux habitants du désert se sont tari. ( 19 min)
     
    Le grand Sahara a dévoré le nord du continent africain. Les anciennes routes ont été recouvertes par le sable, rendant le voyage d'Idris et Faouzi de plus en plus dangereux. Pour eux, sur des milliers de kilomètres, l'horizon n'est plus que sable et vent. Plus personnes ne vit ici. Au début du siècle pourtant, les pays du Sahel et du Maghreb avaient caressé l'espoir d'un grand bon économique comme celui de la Chine, de l'Inde et une grande partie de l'Afrique pouvait enfin entrevoir la fin de la misère. Mais le réchauffement du climat a tout inversé, balayant cette prospérité naissante, ruinant le fragile début de développement à force de travail et d'obstination, trois générations d'africain avaient finis par réussir.
     
    Ce soir, Idris et Faouzi entame leur dernière gourde. Comble de l'ironie, c'est dans les ruines d'une station service d'autoroute dont il n'existe même plus une trace qu'ils vont essayer de trouver un peu de repos
     
    35 min : Voila bientôt 10 jours qu'Idris et Faouzi ère dans l'enfer du Grand Sahara. Soudain Faouzi regarde Idris et dis : " Regarde qu'est ce que c'est ?" Idris : " Le grand mur" " et si on faisait la course"
     
    Le grand Mur", une tentative désespérée des habitants de El Rachidi pour sauver leur ville de l'avancée du désert. En 2050, ils avaient entassé des milliers de carcasses de voiture devenu inutile pour tenter de bloquer l'avancée du sable. Peine perdue, leur ville comme tant d'autre a finalement été avalée par les dunes. A quelques centaines de mètre a peine de la ville disparu, un immense champ de miroir comme il en fleuri partout dans le désert. un gigantesque piège a énergie solaire. Depuis que le pétrole et le gaz sont devenus des produits très rares, depuis que l'utilisation du charbon trop polluant est abandonnée au profit d'énergie plus propre. Maintenant tout fonctionne a l'électricité. Une électricité produite a partir de l'énergie renouvelable : l'eau domestiqué par les barrages hydroélectrique ou le vent par des champs d'éolienne. Dans les portes du désert, dans une ville fantôme un seul homme habite encore, c'est le gardien des champs d'énergie solaire et du dernier puits de toute la région. Chaque jours, il voit sortir des survivant de cette enfer blanc

     
    Doucement, doucement.... Une gorgée a la fois. Vous avez du faire tant d'effort pour arriver ici"

     
    Pour Idris et Faouzi, c'est la dernière escale avant de reprendre la route. La mer, l'Europe, leur rève ne sont plus désormais qu'a quelques jours de marches ( 40 min) Le long de l'atlantique, Idri et Faouzi longe la ligne du Transilien. 51 min  Depuis la disparition des routes et des pistes, ce train a grande vitesse permet a ce qui en ont les moyens de traverser le désert en quelques heures. Idri et Faouzi n'ont pas cette chance

     
    Regarde c'est juste là de l'autre coté "
    " Je ne vois rien du tout"
    " Oh c'est un peu plus sombre au dessus de l'eau, comme des montagnes très très haut "
    " Non ce ne sont pas des montagnes, c'est la Tour Effel "


    Le centre européen de la main d'œuvre choisi est financer à la fois par les gouvernements et les grandes entreprises. Aujourd'hui il est presque impossible de rentrer clandestinement en Europe

     
    "Prénom et nom"
    " Idri Dialo
    Lieu de naissance"
    Le 26 juillet 2058, Menatti, Etats Unis d'Afrique du Nord"
    "Box numéro 12"


    Ici on ne retient que ceux qui sont utile à l'économie : Seul les candidats jeunes, forts et en bonne santé ont une chance d'obtenir un contrat de travail. Durant cette journée de sélection, a tout moment Idris et Faouzi peuvent être rejeter ( 55 min)
     
    Le juteux business de la sécurisation des frontières

     
     
    Afin de vérifier votre état de santé, le module va vérifier une série de test. Veillez fixer les électrodes. Veillez fermer les yeux ... Etat de santé conforme aux normes européenne. Le module va maintenant procéder à une puce biométrique identificatrice. Ce procéder est sans danger et quasiment indolore. Cette puce facilitera votre identification lors des tests de sélections. Si votre candidature est retenu, elle permettra votre localisation sur le territoire européen. Procédure terminé"

     
    Plus tard :
     
     
    Etat de santé non conforme avec le standard"
    "Pas dans le standard, qu'est ce que vous faites de mes enfants, vous y avez pensé à mes enfants. Comment je vais les nourrir moi, qu'est ce que je vais leur donner. je peux travailler, je suis fort. Laisser moi avancer, je vous en prie"
    " Veillez avancer "

     
    "Des animaux, voila comment ils nous traitent" " Oh oui, conforme aux normes sanitaires". " Notre pays est devenu un enfer et cela a cause d'eux et là, nous devenons leur bétail. Meeeeeeeuuuuuh. Saloperie d'européen. Normalement, c'est eux qui devrait nous supplier de venir "

     
    Mauvais point pour Faouzi. La docilité est l'un des principaux critères de sélections mais rien n'échappe aux sélecteurs

     
    Faouzi lors du test :
     
     
     
    Solution 5, solution 3, solution..2, non"
    " désolé, votre profil ne correspond pas aux critère actuelles"
    " C'est quoi ces conneries"
    "Veillez sortir, veillez quitter la pièce immédiatement"
     
    Ceux qui ont échoué comme Faouzi sont rejettes, oubliés dans des camps qui n'ont ni le courage ni les moyens de le quitter

    Trois fois par jours, comme un mirage, le transméditerranéen transporte les " migrants sélectionner" vers l'Europe.
     
    Seulement un mauvais rêve?
     
    « Ici, même les mendiants nous insultent »
     

     
     
     
     
    Etats-Unis et Mexique : un mur contre le Pacifique. En réponse au désir de Trump de construire «une grande et belle barrière entre les deux pays», des prototypes de 10 mètres de haut ont été présentés par les douanes américaines fin octobre. A San Diego, dans l'extrême sud de la Californie, comme à Tijuana, dans le nord du Mexique, la mesure est vue comme une coûteuse absurdité.
     

    Pour celles et ceux qui avaient doute cet été : une preuve de plus du dispositif criminel qui s'intensifie au Sud, entre l'UE et la Libye.

     
     
    -0:27
     
     
     
     
     
    1 366 813 vues
     
     
     
    Nous ne pouvons pas accueillir toute la misère du monde Rédigé le 7 septembre 2017 par Ferghane Azihari |Ferghane Azihari « Nous ne pouvons pas accueillir toute la misère du monde ».« … mais nous devons prendre notre part »
     
     
     
    Ces mots prononcés par l’ancien premier ministre Michel Rocard servent de refrain chaque fois que la question migratoire revient au premier plan de la scène politique. Bien sûr, on oublie de rappeler que la citation est tronquée. Il faudrait rajouter « … mais nous devons prendre notre part » pour obtenir les propos complets. Peu importe.
     
     
    Car malheureusement pour les quelques minorités bien-pensantes qui osent compléter ce refrain, il ne s’agit pas de philanthropie. Au contraire, se demander s’il faut accueillir « la misère du monde » est révélateur du mépris, peut-être inconscient, que nous témoignons vis-à-vis de ceux qui fuient la guerre ou la pauvreté. Que les philanthropes bien intentionnés ne s’y trompent donc pas : leurs discours misérabilistes teintés de paternalisme participent également à la marginalisation des immigrés. Envisager la migration sans brandir l’assistanat Suggérer qu’il faille « prendre notre part » de « misère du monde » montre avant tout que l’on n’arrive pas à concevoir les questions migratoires autrement qu’à travers l’assistanat. À croire que le réfugié qui émigre aspire à exporter sa seule condition misérable en se contentant de vivre aux crochets de la société sans chercher à améliorer sa situation personnelle.
     
     
    Le réfugié est dépeint comme un être voué à demeurer un simple fardeau, incapable de faire preuve d’initiative quand bien même ses péripéties migratoires feraient pâlir les plus aventuriers d’entre nous. Cette représentation infantilisante de l’immigré « parasite » n’est pas seulement insultante pour celui-ci. Elle ternit son image auprès des locaux, ce qui compromet ses chances d’être acceptés par ces derniers.
     
    La réputation des réfugiés est déjà bien entamée par les préjugés entretenus auprès des contribuables peu enclins à ajouter à la « solidarité publique ». C’est pourquoi les électeurs tendent à demander une plus grande répression des réfugiés .
     
     
     Le mythe de l’immigré parasite se heurte à toutes les données disponibles en la matière. Les informations dont on dispose suggèrent que les immigrés sont en moyenne plus entreprenants que les populations locales, pour peu qu’on les laisse travailler librement. Mais cette option est rarement débattue dans les pays développés où sévit l’illettrisme économique qui conduit à considérer le marché de l’emploi comme un gâteau fixe. Selon cette vision, l’emploi de l’étranger se traduit par le chômage d’un autochtone.
     
    À six mois des élections et dans un contexte où la crise migratoire alimente les polémiques, la majorité a renoncé à adopter la loi qui devait instaurer un droit du sol. Une honte pour la presse de gauche, une évidence pour la presse de droite. Face à l’indignation de la gauche, le Premier ministre s’est dit engagé à relancer le projet avant la fin de la législature. 
     
     
     
     
    À ceci s’ajoute la prédominance culturelle de la gauche nationalistes idées racistes et de la droite dure qui considèrent toute immigration comme l’armée de réserve du capital - c a d une réserve de main d'oeuvre pas chère, exploitable a merci - idées racistes et de la droite dure qui considèrent comme des assistés sociaux . Ces biais conduisent les populations à considérer que l’immigration économique appauvrit tout le monde. Sensibles aux pressions des masses, les gouvernements se contentent d’ouvrir des centres d’accueil et des camps de réfugiés.
     
     
    Le marché noir préférable aux centres d’accueil Mis à part peut-être les quelques technocrates qui vivent de la mise en œuvre de ces programmes, chacun sait qu’ils ne sont pas durables. Ceux qui « bénéficient » de ces mesures en sont eux-mêmes conscients. Selon les chercheurs Alexander Betts et Paul Colliers, dans des pays comme la Turquie et la Jordanie, 85% à 90% des réfugiés boudent les camps administrés par l’ONU pour s’employer sur le marché noir à défaut d’être autorisés à travailler légalement. Certains gouvernements ont entrepris quelques réformes pour faciliter l’insertion professionnelle des réfugiés. L’Ouganda est à cet égard réputé avoir la législation la plus libérale en Afrique – à tel point que dans Kampala, la capitale du pays, 21% des réfugiés possèdent leur propre entreprise et emploient des autochtones. EnEurope, l’insertion professionnelle des réfugiés ne figure pas parmi les priorités des dirigeants. Même un pays comme l’Allemagne, qui a fait le choix d’accueillir sur son sol un million de réfugiés syriens, n’a pas pris la peine d’ouvrir son marché de l’emploi. Résultat : l’écrasante majorité des réfugiés – y compris les plus qualifiés – se retrouvent au chômage et sont condamnés à vivre dans la misère ou de la faible l’assistance publique ou privée. Si nous ne pouvons pas accueillir toute la misère du monde, la première chose à faire est alors d’arrêter de la fabriquer en multipliant les restrictions sur le marché de l’emploi.

    Plus d'infos sur : http://la-chronique-agora.com/misere-monde/
    Copyright © Publications Agora 
     
     
     
     

     


     Seulement un mauvais rêve ?

    Seulement un mauvais rêve ? : citoyen actifSeulement un mauvais rêve ? - l'indigné"Mon rat s'appelle Judas" - Enkolo, 11 novembre 2017 Seulement un mauvais rêve ?Migrants for sale28 novembre 2017 Jean-Christophe Victor, voyage sans retour

     Migrants for sale: Slave trade in Libya - blog enkolo

     

    Comment l’Europe sous-traite sa politique migratoire

    Europe or Die

    COMPTE RENDUDepuis janvier, trois mille migrants ont disparu en Méditerranée

    Ce triste chiffre a été atteint le week-end dernier, a annoncé mardi l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), qui rappelle qu’il « faut agir ».

     REPORTAGE « Même l’Europe vaut mieux que cette chute sans fin » : rencontre avec des réfugiés à N’Djamena PORTFOLIO

     

    COMPTE RENDU Depuis janvier, trois mille migrants ont disparu en Méditerranée

    Les plus partagés


    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :