• LES DERNIERS HOMMES D'ALEP

    n

    « En #Syrie , on meurt pour des idées. On meurt au nom de l'Histoire, et nous avons du mal à le comprendre »
     
    Dans sa chronique, Alain Frachon, éditorialiste au « Monde », rappelle que dans les guerres et dans les défis géopolitiques de l'heure, les passions ancestrales sont partout.
    LE MONDE | 26.05.2017
     
     
    Une ode déchirante au courage des casques blancs en #Syrie, aujourd'hui à 20h50 sur @ARTEfr et déjà en ligne ici
     
    LES DERNIERS HOMMES D'ALEP - YouTube
     

    Ajouter cette vidéo à mon blog


     
    À voir maintenant sur @LCP le documentaire "#Syrie, la #révolution confisquée"

    La conspiration du « Pipelineistan » : le gaz n'a jamais été la cause de la guerre
    CHRONIQUEPendant la campagne électorale, Jean-Luc Mélenchon a flirté avec une bêtise. Le candidat de La France insoumise évoquait le conflit syrien : « Une guerre de gazoducs et d'oléoducs », a-t-il dit. Rien ne paraît plus inexact. En Syrie, on ne meurt pas pour le pétrole, on meurt pour autre chose. La #Syrie d'avant n'existe plus. Retour sur un pays riche d'histoire et dont le monde porte le deuil @francediplo Merci @Le_HCR A

    Avant la guerre, le pays comptait 22 millions d'habitants – aujourd'hui, près de la moitié sont des réfugiés, de l'intérieur ou de l'extérieur. Avant les premières manifestations, le produit intérieur brut syrien était de 77 milliards de dollars, inférieur à celui de l'île de Puerto Rico.

    L'accord signé entre Kerry et Lavrov est entré en vigueur lundi soir. Mais le conflit syrien, commencé en 2011 comme une guerre civile entre le régime de Bachar el-Assad et les rebelles, est devenu depuis une guerre aux nombreux intervenants, dont chacun est en mesure de faire capoter la trêve. Selon des belligérants, le calme a prévalu durant les premières heures de trêve, mais des incidents ont ensuite été signalés au cours de la nuit.

    "Calm is prevailing," said the observatory's director Rami Abdulrahman, adding, however, that there had been light shelling by both rebel groups and government forces in the country's southwest

     


    Alep est un concentré des forces en présence

    LE FRONT D’ALEP EST ASSEZ REPRÉSENTATIF DE L’ENCHEVÊTREMENT DE GROUPES ARMÉS AUX AGENDAS POLITIQUES ET AUX SOUTIENS INTERNATIONAUX DIVERGENTS

     

     

     n

    Régime syrien contre rebelles, islamistes chiites contre islamistes sunnites, Iraniens contre Saoudiens, Turcs contre Kurdes, Kurdes et Turcs contre djihadistes, Russes contre rebelles, Américains soutenants à la fois les Turcs et leurs ennemis kurdes, combattant ou soutenant diverses factions rebelles: le conflit syrien est devenu un champ de bataille à entrées multiples, où s'affrontent forces armées régulières et milices, acteurs locaux et puissances étrangères. En plus de cinq ans de guerre et un demi-million de morts, essentiellement civils, la Syrie est devenue un patchwork de fiefs ennemis qui se combattent  

     Pari d’un nouvel échec

    Echaudée par l’échec de la trêve de février, violée par les avions du régime comme par ses troupes au sol qui avaient bloqué toute aide humanitaire aux enclaves rebelles assiégées, l’opposition armée pariait sur un nouvel échec de la trêve dans la région d’Alep et sur une reprise des combats à grande échelle. Les groupes modérés et Ahrar Al-Cham n’ont, de fait, ni l’envie ni les moyens de se priver du soutien des djihadistes de l’ex-Front Al-Nosra, fer de lance des opérations offensives et défensives de la rébellion dans la région.

      UPDATE: 21 rebel groups put out statement criticising "unjust" truce deal, but stop short of fully rejecting it

    http://aje.io/4q4k

    Hésitations de la Turquie : Pourtant, comme le rappelait Lénine lorsqu’il analysait les alliances impérialistes durant la première guerre mondiale, « une chaîne vaut ce que vaut son maillon le plus faible ». Or la chaîne censée envelopper et étouffer l’OEI ne compte pas seulement un mais plusieurs éléments fragiles.

    La Turquie ne participera pas à une éventuelle offensive de la coalition sous commandement américain à Raqqa, "capitale" du califat proclamé par les djihadistes de l'Etat islamique, dans le nord de la Syrie, si des miliciens kurdes y sont associés, a averti aujourd'hui un porte-parole du président Recep Tayyip Erdogan


    En Syrie, on meurt pour des idées, de la religion, de la passion, pour des intérêts stratégiques, des jeux de puissance. On meurt au nom de l'Histoire.
    Maryam Radjavi et de personnalités de pays arabes et de musulmans ont tout visité l'exposition «massacres de l'#Iran à la #Syrie» #FreeIran


    En Syrie, une course de chevaux pour oublier la guerre
    Une course hippique a été organisée pour la première fois depuis deux ans en territoire rebelle. C'est pourtant une tradition en Syrie, mais l'événement est devenu rare dans ce pays en guerre depuis six ans.

    Les derniers hommes d'Alep : Guerre en #Syrie : ils ont pris tous les risques pour témoigner by@HenriotGeoffrey : https://goo.gl/V8uMlPGuerre en Syrie : ils ont pris tous les risques pour témoigner Leurs photos, leurs vidéos, leurs témoignages sont les seuls documents sur cette guerre, les journalistes étrangers ne couvrant pas le conflit en Syrie. Cinq jeunes syriens, Zakaria, Ismail, Ameer, Omar et Rami ont parcouru les rues dévastées de leur ville, Alep. Ils racontent les reportages réalisés au péril de leur vie. 
     
    Ameer était en voiture avec un ami lorsqu'une bombe est tombée à quelques centaines de mètres : "Nous nous sommes rendus sur place immédiatement. Il y a avait plus de 15 personnes blessés ou mortes. Trois minutes plus tard, une seconde bombe est tombée au même endroit. Tous les blessés sont morts. J'ai eu beaucoup de chance ce jour-là, c'était un miracle." Ce jeune homme de 21 ans est originaire d'Alep, ancienne ville économique dans le nord de la Syrie. 
     
    Des documents pour l'histoire
    En 2011, la révolution éclate en Syrie lors d'une "manifestation pacifique" à laquelle Ameer participe. Un an plus tard, touché de deux balles lors d'une autre manifestation, il est arrêté avant d'être libéré. À mesure que la répression s'intensifie, les images basculent dans l'horreur. "J'ai commencé à prendre des photos". La plus connue d'entre elle, celle de deux pères fuyant les bombardements et portant à bout de bras leur bébé dans un décor de pierres et de poussière. 

    Ameer a conscience d'avoir pris tous les risques : "J'ai eu de la chance, je suis encore en vie!"
     
    #Syrie : 80 morts dont 33 enfants dans un nouveau bombardement de la coalition internationale le parisien 

    @PaulMoreiraPLTV : "Le régime a joué l'islamisme radical contre les groupes révolutionnaires" #bachar#syrie #DdS


    Syrie : Les derniers attentats arrangent les affaires de Bachar El-Assad tout en répondant aux intérêts de Daech. Quoi qu'il en soit, tout règlement international de la crise syrienne nuirait finalement aux deux. courrier international Publié le 17/11/2015 - 16:47Car la situation la plus profitable, aussi bien pour Daech que pour Assad, serait la perpétuation de la situation telle qu'elle est depuis trois ans. Pour les deux, c'était la meilleure garantie de survie puisque l'existence de l'un renforce celle de l'autre.  En attendant, des gens meurent...
     
    A lire Syrie, dans l'enfer d'AlepTerrorisme, raison d'Etat Créé le mardi 23 mai 2017
     
    Syrie: les enjeux cruciaux de la bataille du désert par Paul Khalifeh

    Les raids menés, jeudi 18 mai, par des avions de la coalition internationale, dirigée par les Etats-Unis, contre un convoi de l'armée syrienne et de ses alliés, non loin de la Jordanie, constituent le premier accrochage d'une guerre non déclarée, qui a pour objet le contrôle de la frontière syro-irakienne. Analyse. 
     
    Selon #amaq le #KhilafahFR s'étend et l'#EI ne connaît que des succès en #Irak et en #Syrie #deirEzzor#mossoul #raqqah

     Malgré le recul de l'#EI en #Syrie ou en #Irak, il n'a jamais été autant actif dans le reste du monde.

    A lire: Daech, vers un retour à la clandestinité , 06/06/2017 Emni, la branche secrète de l'organisation État islamique -Combattants solitaires de Daesch Créé le lundi 04 juillet 2016, 


    29/07/2016 L'histoire sans fin contre le terrorisme,  n Afghanistan, le prix de la vengeance, Créé le samedi 27 juin 2015, Daech, naissance d'un Etat terroriste Créé le samedi 27 juin 2015, 24/07/2016 Afghanistan, le prix de la vengeance

    Syrie : la révolution confisquée ?

    Bilan de la guerre "contre le terrorisme"Par Enkolo dans Accueil le 

    LES DERNIERS HOMMES D'ALEP

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :