• La Macronie.

    n

     
    L’image contient peut-être : 1 personne, texte
     

    n

     

    Nous sommes encore dans la préhistoire politique de l'humanité.

    ÉCHEC APRÈS ÉCHEC, L'EXPÉRIENCE LE PROUVE : LE VER DU POUVOIR EST DANS LE FRUIT DE CHAQUE CHANGEMENT POLITIQUE QUI POURRIT PRÉCOCEMENT.
    On ne peut espérer changer la vie sans changer fondamentalement les pratiques politiques : culte de la personnalité, idolâtrie, perte de lucidité, sacralisation du leader, tabou de la critique, délégation du pouvoir jusqu'à la confiance aveugle...


    Pourtant, Louise MichelMontesquieu et bien d'autres nous ont prévenu depuis longtemps. De plus, échec après échec, l'expérience le prouve : le ver du pouvoir est dans le fruit de chaque changement politique qui pourrit précocement.

     Un salarié se suicide dans un Monoprix... qui rouvre quelques heures plus tard Travail.

    Le Bondy Blog révèle ce vendredi le suicide sur son lieu de travail d'un salarié du magasin Monoprix du Raincy, en Seine-Saint-Denis. «On s'est dit 'Mais c'est une blague !' Et qu'il fallait mieux qu'ils ferment le magasin pour la journée. C'était la moindre des choses tout de même ! Mais personne n'a osé rien dire», raconte un salarié.

     1 hil y a 1 heure

    “La directrice nous a dit que le mieux était d’ouvrir.J'ai du dire à des clients qui m'interrogeaient qu'il y avait eu 1 problème technique"

    L'employeur qui ne prend aucune mesure pour remédier à la situation de souffrance, matérialisée par des éléments objectifs, exprimée par un salarié, manque à son obligation de sécurité.

    A lire Situation de souffrance au travail et obligation de sécurité de l'employeur Publié le 01/09/2017

    Macron s'en prend aux envieux dans une interview avec «Der Spiegel»

    «Ich bin nicht arrogant».

    Dans un entretien à l'hebdomadaire allemand Der Spiegel, Emmanuel Macron a déclaré qu'il n'était pas «arrogant» mais «déterminé». Dans cette longue interview où il aborde autant sa vision de l'Europe ou ses liens avec Trump et Merkel que ses écrivains préférés, il affirme notamment qu'il ne cédera pas face à ceux qui développent selon lui des réflexes de jalousie typiquement français car c'est «justement l'envie qui paralyse le pays».

    Vu sur Der Spiegel (en anglais)

     

    "Ni de droite ni de gauche, le libéralisme qu’incarne Emmanuel Macron est le nom d’une forme de gouvernement qui se présente comme un défi à la démocratie : dans la doctrine politique anglo-saxonne, on l’appelle « épistocratie ».
    Le terme « épistocratie » est un néologisme très peu usité. Il désigne un mode de gouvernement au sein duquel le pouvoir serait confié aux savants. L’idée n’est pourtant pas totalement neuve. Platon en rêvait en écrivant La République et en estimant souhaitable de confier le pouvoir aux philosophes.
    Cette idée a connu une forme d’illustration dans la Chine confucéenne à travers le système du mandarinat. Et, d’une certaine manière, on en trouve un peu l’esprit dans la position hégémonique qu’occupent, au cœur des démocraties occidentales et au service du « Prince », les hauts fonctionnaires issus des grandes écoles."

     

     Avec Macron, cela prend un sens encore plus fort, s'étant fait une spécialité des petites phrases humiliantes envers les salariés, les chomeurs et les précaires

     n Il y a des claques qui se perdent....

    L’image contient peut-être : texte
     
    «Bordel». Emmanuel Macron «assume sur le fond» ses propos tenus mercredi en Corrèze tout en reconnaissant qu'il n'aurait pas utilisé «bordel», un «mot familier», dans le cadre d'un discours officiel. Retrouvez, dans notre article, la réaction des ouvriers creusois.

      Indécent»

    Calculée ou non, cette bourde médiatique qui vient enrichir le lexique macronien du mépris de classe a provoqué un immense sentiment d’humiliation parmi les 157 nouveaux chômeurs de La Souterraine en Creuse

    une photo à l’album Macroniela photo de Laurent Guignon.
     
    L’image contient peut-être : une personne ou plus et personnes debout
     
     

     Les proches de Macron tentent de le défendre

    Incendie.

    Après les «fainéants», les «illettrés» et les «gens qui ne sont rien», Emmanuel Macron a fustigé hier les fauteurs de «bordel». Troublante coïncidence, au même moment, les salariés de GM&S à La Souterraine, en lutte pour sauver leurs emplois, manifestaient pour le rencontrer, comme nous vous le racontons en détail ici.

    Mais ceux qui y verraient malice se trompent, assurent ce matin les proches du chef de l'Etat. La citation a été «tronquée» et «sortie de son contexte», assure par exemple le porte-parole de l'Elysée, Bruno Roger-Petit, qui renvoie vers une vidéo présentée comme «non-tronquée»... qui ressemble à s'y méprendre aux autres vidéos de la scène.

    Même son de cloche du côté de la secrétaire d'Etat à l'égalité entre les femmes et les hommes Marlène Schiappa qui regrettece matin que «la parole présidentielle» soit «systématiquement hachée». Quant à savoir ce que Macron a «vraiment» voulu dire, il n'y a visibmlement personne pour nous éclairer...


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :