• LA DAECH !

    n

     

     
     
    Photo de Yannis Youlountas.
    J’aime
     
    J’aime
     
    J’adore
     
    Haha
     
    Wouah
     
    Triste
     
    Grrr
     
    Commenter

    Une autre menace sème la terreur et provoque encore plus de morts, dans l'indifférence des médias :

    DE PLUS EN PLUS DE FRANÇAIS DANS LA DAECH !

    Si vous constatez que le capitalisme se radicalise, vous aussi, proclamez l'état d'urgence sociale : rejoignez la lutte contre le terrorisme économique !

     

    Yannis Youlountas

     

    nPlutôt que d’intensifier ces attaques aériennes qui ont fait des dizaines de victimes civiles innocentes, notamment des femmes et des enfants, il faut arrêter ces frappes en Irak et en Syrie ! Sinon nous serons pris dans une spirale infernale, celle d’une guerre qui frappera de plus en plus de civils, en Syrie comme en France. Et cela pourrait bien entraîner un éclatement de la société française, un repli des communautés sur elles-mêmes, une xénophobie croissante, et même l’arrivée du fascisme au pouvoir ! C’est justement ce que veulent aussi bien les islamistes que l’extrême droite : scinder la société,  ) Au lieu de dépenser des sommes colossales dans l’armement et dans ces frappes meurtrières à l’étranger, la France devrait consacrer son argent à financer davantage les services publics comme la santé, l’éducation, la culture, l’aide à l’emploi
     les clivages, les haines entre musulmans et non-musulmans, entre Occidentaux et réfugiés… ( source le monde ) 

     

     la publication de Hubert Pedrini.
    Photo de Hubert Pedrini.
    J’aime
     
    J’aime
     
    J’adore
     
    Haha
     
    Wouah
     
    Triste
     
    Grrr
     
    Commenter

      ) Au lieu de dépenser des sommes colossales dans l’armement et dans ces frappes meurtrières à l’étranger, la France devrait consacrer son argent à financer davantage les services publics comme la santé, l’éducation, la culture, l’aide à l’emploi


    Afficher plus de réaction
    la publication de Stéphane Nouzarède.
     
     n De plus en plus de Français renoncent à se soigner faute d'argent
    Selon une étude publiée ce mardi par le Secours Populaire, parmi les Français les plus pauvres (ceux qui appartiennent à un ménage dont le revenu mensuel net est inférieur à 1.200 euros), la moitié a déjà renoncé ou repoussé une consultation chez le dentiste, soit un bond de 22 points par rapport à 2008, et près de 4 sur 10 un rendez-vous chez un ophtalmologiste (39%, +9 points), selon le 10e baromètre Ipsos/Secours populaire.

    Dans les foyers les plus modestes, 64% indiquent avoir eu des difficultés au moment de payer des actes médicaux mal remboursés par la Sécurité sociale. 
    Disposer d'une mutuelle santé est financièrement compliqué pour 53% des ménages modestes, et 48% d'entre eux n'ont pas les moyens de se procurer une alimentation saine. 

    "Dans ses permanences d'accueil, le SPF (Secours populaire français, NDLR) perçoit une dégradation de l'état de santé de familles, de mères seules, de jeunes, de retraités, de beaucoup d'enfants. Fait récent, le travail n'apporte plus forcément la garantie d'une autonomie financière: certains salariés ne sont plus à l'abri des privations et peinent également à se soigner".
    Sur l'ensemble des Français interrogés, 68% estiment que les inégalités en matière d'accès à la santé se sont aggravées au cours des dernières années.
    Plus du tiers des sondés (38%) a déjà connu la pauvreté et cette proportion augmente (3 points de plus par rapport à 2015, selon le baromètre Ipsos)
    "Comme le pointait déjà le baromètre Ipsos-SPF en 2013, les femmes sont souvent le plus affectées (39%). Emplois précaires, temps partiel subi, chômage: ces dernières paient un lourd tribut à la crise mais aussi aux persistantes inégalités de genre. Les ouvriers et employés comptent aussi parmi la catégorie la plus exposée", explique l'association.
    Les Français anticipent un avenir sombre pour eux comme pour leurs proches: plus d'un sur deux (55%) juge que sa vie quotidienne est menacée par la pauvreté, un peu moins que l'année dernière mais 10 points de plus qu'en 2007 (45%), avant la crise économique. 
    Les Français sont également 83% à penser que les risques que leurs enfants connaissent une situation de pauvreté sont plus élevés que pour leur génération.

    Lire aussi : Les Français très inquiets pour l'avenir de l'hôpital public

    n


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :