• Hannah Arendt Du devoir de la désobéissance civile

    n

    n

     
     
     
    L’image contient peut-être : une personne ou plus et texte
     
     
    publication de José Filipe.

    Une citation que je viens de voir ce matin, avec laquelle je suis totalement en accord :
    « Il y a trois sortes de violence. La première, mère de toutes les autres, est la violence institutionnelle, celle qui légalise et perpétue les dominations, les oppressions et les exploitations, celle qui écrase et lamine des millions d'hommes (et de femmes) dans ses rouages silencieux et bien huilés.
    La seconde est la violence révolutionnaire, qui naît de la volonté d'abolir la première.
    La troisième est la violence répressive, qui a pour objet d'étouffer la seconde en se faisant l'auxiliaire et la complice de la première violence, celle qui engendre toutes les autres.
    Il n'y a pas de pire hypocrisie de n'appeler violence que la seconde, en feignant d'oublier la première, qui la fait naître, et la troisième qui la tue. »

    L'histoire complexe et occultée de la mafia corse, qui a prospéré à partir de la fin des années 1920 avec la complicité de l'État français. En trois volets, cette série documentaire ausculte les liens scélérats qui ont uni mafieux corses et politiques de tous bords sur trois générations. Premier volet : Naissance d'un pouvoir invisible (1929-1945). ( 1/3)

     HEXAGONE DE RENAUD.wmv

     la publication de Flores Magon.

     

    Dominique Grange a bas l'état policier

     

    L'état d'urgence a été déclaré le 8 novembre 2005, puis prolongé pour une durée de 3 semaines consécutives. Au 17 novembre, la police déclare être revenue en situation normale mais après ce brutal déchirement du tissu social et culturel français, des inquiétudes persistent, ces émeutes étaient prévisibles et se reproduiront peut-être.
     

     


     
    Emeute en Banlieue , la mecanique infernale 
    La tentation de l'émeute


    Des tirs «de sommation» de la police dans la nuit de lundi à mardi à Aulnay-sous-Bois
    Aulnay.

    POUR LA DÉFENSE DES ÉMEUTIERS
     
    On m'a notamment transmis ce texte sévère d'une journaliste de l'Huma sur les émeutiers qui, paraît-il, circule beaucoup depuis hier :
     
    "Vous avez des gueules de fils à papa. Je vous hais comme je hais vos pères - bon sang ne saurait mentir. Vous avez le même regard mesquin. Vous êtes apeurés, sans certitudes ni espoir, certes, mais vous savez aussi être tyranniques, faire du chantage, et vous montrer arrogants et effrontés :
     
    prérogatives de petits-bourgeois, mes chers. Tandis qu'hier à Valle Giulia vous vous battiez avec les policiers, moi, je sympathisais avec eux. Car eux sont fils de pauvres." Voilà ce qu'écrivait Pier Paolo Pasolini en 1968. Je n'ai aucun penchant pour l'uniforme. Je suis plutôt du côté du mouvement que du côté de l'ordre. Je préfère sans nuances la liberté à la sécurité. J'ai grandi et je me suis engagée avec en tête les noms de Malik Oussékine et de tous les autres. J'ai observé avec frayeur, un certain 11 janvier, les camions de CRS fendre la manifestation pour recueillir les applaudissements d'une foule hagarde. J'écoute depuis trois mois mon fils me raconter, à chaque retour de manifestation, les gamins nassés, asphyxiés, matraqués sans raisons. Mais là. Mettre le feu à une voiture de police avec, dedans, un agent et une adjointe de sécurité qui doit gagner 1200 euros par mois pour se manger toute la misère du monde. Images de propagande garanties pour la campagne de l'héritière Le Pen. Merci, les gars. D'un côté, la manifestation contre la "haine anti-flics" qui tourne au meeting FN. De l'autre, les petits cagoulés surexcités prêts à "rôtir des poulets". Le décor est planté. Acte 2, Cazeneuve à la sortie de l'hôpital, ton sûr, air grave, manifestations interdites, libertés encore amputées, "c'est abject", "les Français", "nous sommes déterminés". La vérité, c'est que la stratégie de tension choisie par le gouvernement est en train de porter ses fruits. Avec la complicité objective de quelques petits pantins. La vérité, aussi, c'est que lorsque le pouvoir verrouille tout, lorsque la parole politique se résume à cette injonction : "il n'y a pas d'alternative", ce qui est semé, c'est le nihilisme et, en dernière instance, la violence. Il faut rester unis et nombreux. Ne pas déserter les mobilisations. Faire comme à Paris, le 1er mai : aller ensemble jusqu'au bout du parcours malgré les intimidations, malgré la politique du chaos qui reste la dernière cartouche de ce lamentable gouvernement."

    Cette odieuse citation de Pasolini rappelle l'ignoble procès de Clément Méric par Pierre Carles qui le traitait de bobo, de fils à papa et de futur cadre de la classe dominante — dans un article de juillet 2013 alors que son cadavre était encore chaud — tout en défendant l'indéfendable Esteban Morillo au prétexte de sa condition plus modeste et de son ignorance crasse.
     
    Non, les révolutionnaires ne sont pas tous des bobos, bien au contraire, en Grèce comme en France, et si, j'en conviens, certains flics sont issus des milieux populaires, les SS aussi étaient souvent des fils de prolo tout comme les abrutis intégristes de Daesh. Cette lecture des faits est aussi injuste qu'insultante à l'égard de mes compagnons de lutte, car elle procède — comme celle de Pierre Carles en juillet 2013 — en inversant totalement les rôles.
     
    Quant à la deuxième partie du billet, moins critiquable, elle omet outrageusement que parmi les nombreuses formes de luttes qui composent l'Histoire du mouvement ouvrier, les émeutes et les insurrections sont aussi légitimes que les autres, et ont également marqué notre longue marche vers l'émancipation et l'égalité sociale.
     
    Pour ma part, je suis donc entièrement solidaire de mes camarades émeutiers, de même que je le suis de ceux qui luttent autrement, à condition qu'ils soient également respectueux de notre diversité : insurrectionnalisme ou non-violence, abstentionnisme ou électoralisme, champ social ou environnemental, etc.
     
    Maintenant, plus que jamais : ne nous laissons pas diviser par nos tyrans sanguinaires et leurs collaborateurs serviles.
     
    De plus, concernant l'affaire de la voiture de police brûlée, hier, beaucoup de commentateurs omettent bizarrement que le flic au volant à sorti son arme de poing (à 3mn40) en menaçant les émeutiers. D'ailleurs, je précise avec force : mes camarades émeutiers dont je suis totalement solidaire. Peu importe si ça choque.
     
    Les mêmes faits durant la Commune de Paris ou l'Espagne de 36 sont regardés avec bienveillance au passé, mais jamais au présent.
     
    Je n'ai pas l'indignation sélective et je ne pratique pas le soutien anachronique.
     
    Les vrais casseurs sont ceux qui cassent le monde et ceux qui les servent dans cette criminelle entreprise
     
    Yannis Youlountas
     
    POUR LA DÉFENSE DES ÉMEUTIERS / Francfort - Action BCE

    Il est cinq heures, Paris s'éveille - Jacques Le Glou.mp4

    Puissante modernité

    Ardente avocate de la pluralité, de la dignité et de la liberté, Hannah Arendt a inspiré nombre de mouvements de désobéissance civile, attitude qu'elle estimait être un devoir, face à la violence d'État. C'est au cœur de son influence capitale que plonge ce documentaire, qui revisite les récentes révolutions et résistances contemporaines, à la lumière de sa pensée et de son héritage. De la Palestine à l'Égypte en passant par l'Ukraine et Hong Kong, la réalisatrice est allée à la rencontre de ceux, jeunes pour la plupart, qui font au quotidien acte de résistance, relisant son œuvre pour y puiser une force lucide.


    politique, Hannah Arendt, philosophie, dictature, révolution sociale
     
    Hannah Arendt Du devoir de la désobéissance civile - YouTube

    Ajouter cette vidéo à mon blog

     

    Du devoir de la désobéissance civile -Créé le mardi 07 février 2017

    Par Enkolo dans Accueil le 2 Octobre 2016 

    RÉFLEXION SUR LE(s) MOUVEMENT(s) EN COURS Créé le dimanche 15 mai 2016  

    POUR LA DÉFENSE DES ÉMEUTIERS
    Créé le jeudi 19 mai 2016

     

    L'état d'urgence permanentLa société de SURVEILLANCE« NASSER » LA MANIFESTATION...


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :