• Guerre Froide dans le Grand Nord

    n


    Flores Magon

    « l'antimilitarisme ouvrier n'a pas sa source dans une horreur abstraite ou sentimentale de la guerre et de l'armée ; il a sa source dans la lutte de classe ; il est né de l'expérience des grèves et des luttes, où toujours, en face de lui, l'ouvrier rencontre l'armée, gardienne du Capital et gardienne de l'Ordre, en sorte qu'elle lui est apparue comme un simple prolongement de l'atelier capitaliste, et par conséquent comme le symbole vivant de sa servitude.
    un communard »
    ( peut être Jules Vallès)


     Les sales majestés - Champs d'honneur

    Ce sont les même enculés qui nous envois combattre notre prochain. Mais je ne regrette, je ne serais plus un assassin. J'aurais mieux fait de déserter, et je meurs lentement alors que je n'ai pas 20 ans. Mais je ne regrette rien, je ne serais plus un assassin.Les sales majestés - Champs d'honneur

    Le cynisme des vainqueurs



     n

    contre le défilé militaire du 14 Juillet ; la photo de Loïc Citation's.

     
    Aucun texte alternatif disponible.
    Loïc Citation's

    ♫ Le jour du 14 Juillet, Je reste dans mon lit douillet ;
    La musique qui marche au pas, Cela ne me regarde pas. ♩ (Brassens)

    « Vous avez cru jusqu’à ce jour qu’il y avait des tyrans ? Et bien ! Vous vous êtes trompés, il n’y a que des esclaves : là où nul n’obéit, personne ne commande. » 
    Anselme Belleguarrigue – l’Anarchie

    Qu’importe l’issue d’une guerre, la souffrance sera le grand vainqueur de chacun des camps. Que l’on se dise vainqueur, ou vaincu, quelle importance quand notre cœur est fendu ? Mon ennemi travaillait dans une usine au profit d’un patron, moi aussi. 
    Je travaillais chez Ford, lui aussi. 
    On dit que même sous le nazisme Henry Ford qui est américain, continuait à faire marcher ses usines en Allemagne. Il a même reçu en 1938 la « Grand-Croix de l'ordre de l'Aigle allemand », plus haute décoration nazie pour les étrangers. Au plus fort de la crise, il alimenta l’effort de guerre en Allemagne comme en Amérique.

    « On nous dit : vous devez respecter la patrie, mourir pour elle. Mais, pour moi, la patrie c'est toute la terre. La patrie, c'est là où je vis, en Allemagne, en Russie, en France. Elle est partout où je me trouve heureux. Si les ouvriers réfléchissaient un peu, ils comprendraient qu'entre capitalistes il n'existe pas de frontières. Que ces rapaces s'organisent pour mieux les oppresser. » 
    Raymond La science

    Devrais-je en faire autant ? M’organiser avec l’ennemi de ma patrie, mais allié de conditions sociales ? Nos nations et Etats nous ont toujours divisés de par leurs frontières. Mais qu’en est-il de mon cœur ? Y a-t-il frontière à mon amour ? 
    Il nous faut internationalement lutter contre les méfaits du capitalisme. Si les travailleurs d’un pays arrivent à réduire les méfaits de l’exploiteur, ils n’ont rien gagné si en d’autres contrées celui-ci sévit toujours. Ne point profiter de la faiblesse du tyran, contraint de réduire le poids de son joug où il n’a plus prise, vacillant sur un seul pied, cherchant désespérément où poser l’autre qu’il fut contraint de lever. Se contenter d’un «not in my garden» en se reposant sur une victoire isolée, nationalisée. C’est, soit condamner les travailleurs d’autres lieux à recevoir le poids non plus d’un seul mais des deux pieds de l’exploiteurs, soit nous condamner nous-même, dans notre repos et inattention, à le voir revenir un jour. 
    Apprenant par l’expérience de son échec, il sera d’autant plus malin, manipulant par ruse intellectuelle l’esprit de révolte afin qu’il ne s’éveil point chez les exploités. Et si cela échoue, il tentera sournoisement de diriger l’indignation vers d’autres horizons, sur quelques boucs émissaires afin d'éveiller l’esprit nationaliste. Mieux vaut une guerre de populaces qu’une guerre de classe ! 
    Mais si la conscience gagne petit à petit le plus grand nombre, si l’affrontement devient inévitable, le pouvoir sait user de la force comme il le fit à la commune de Paris pour mater l’insurrection, 30 000 victimes. Un massacre possible grâce à « ceux qui ne sont pas là pour penser », ceux qui obéissent et font naître les tyrans (pour paraphraser la citation d’Anselme Belleguarrigue).

    Nuit du 14 au 15 Juillet 2017

    « Pas de guerre entre les peuples, 
    Pas de paix entre les classes ! »

     

    ÉDITORIAL • De la guerre froide au Grand Jeu

     

    Veto russe et chinois sur la Syrie, menace israélienne de frappes en Iran, tergiversations occidentales, succession périlleuse en Corée du Nord…

     L’actualité en 2012 - 2016 est décidément géostratégique,aprèsavoirété politique en 2011 avec les “indignés” et les “printemps arabes” . Pour comprendre ce qui se passe, un retour en arrière s’impose. Car la situation présente évoque ce qu’on a appelé le Grand Jeu, une lutte sourde entre la Russie et la Grande-Bretagne tout au long du XIXe siècle. Ces deux puissances coloniales voulaient alors contrôler l’Asie centrale, ses richesses minières et, pour Moscou, son accès à la mer. Coups bas, espionnage, renversements de potentats locaux étaient le lot commun de ces contrées, avec la Perse déjà au cœur du conflit


     
    Guerre Froide dans le Grand Nord (Documentaire) - vidéo Dailymotion Sous l'administration Reagan, à la fin de la guerre froide, les opération de désinformation ont été mise a pied pour affaiblir leur grand rival, l'URSS. Il existait même un "comité des opérations de leurre" !
    Des témoins clés témoignent. Passionant. 

    Les guerres cachées contre Daech - EnkoloChair a Canons - EnkoloTag Le monde sous les bombes - Enkolo

    publication.8 août, 18:43

     

    A lire Guerre Froide dans le Grand Nord Créé le vendredi 28 octobre 2016, 14 juillet : fête des tueurs - l'indigné révolté

    Relents de guerre froide , La guerre de demain?De Nuremberg a TokyoAllemagne, année zéro

    Des armes pour le monde Arte 6 l’Indigné révolté , Des armes pour le monde ArtePaths of Glory" ("Les sentiers de la gloire"), Le complexe militaro-industriel


    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :