• Géants du net : ennemis d'Etat

    n

    Géants du net : ennemis d'Etat

    " Ce n'est pas possible, cela ne peut plus durer
    Ces marges sont trop ridicule
    Et tout ces couts... impots.... salaires
    Il faut réduire tout cela

    Mais..heu Mister président... les salaires

    Quoi les salaires
    Supprimer les salaires et virer tout le monde
    Monsieur, c'est un désastres... Certes la concurrence a été tuée
    Mais tout le monde est mort, il ne reste plus un gugusse pour faire tourner les machines
    Du coup elles sont mortes, plus de ressources naturelles... Me^me plus d'animaux
    Et plus grave, notre chiffre d'affaire s'est effondré : il faut faire quelque chose

    Mais nous sommes seuls Monsieur le Président, nous sommes les derniers

    M'en fout, trouvez une solution
    Z avez qu'a lancer dans le marketing interstellaire
    Et vous richard, faites renforcer la sécurité, on n'est jamais trop prudent 

    Géants du net : ennemis d'Etat

    images symbolique de notre société divisée …
    Schizophrénie de notre époque…  … deux mondes parallèles qui s’ignorent … un monde d’argent, de jeux, de spectacle et de fuite de la réalité sociale dans un des replis pour milliardaires imbus d'eux mêmes … et puis un autre monde d’errance qui se cherche, symptôme d’un refus maladroit et pas encore totalement mûri et maîtrisé mais avec un espoir et une volonté d’autre chose, d’un monde ouvert et en paix, plus humain … Violence de la tension entre ces deux mondes révélée ici.

    Selon les néolibéraux et autre libertariens : "Il faut que le gouvernement soit fort contre les ennemis du dedans et du dehors, car sa mission est de maintenir la paix intérieure et extérieure. Mais il faut qu'il abandonne à l'activité privée tout ce qui est de son domaine. L'ordre et la liberté sont à ce prix.""L'industrie est-elle à nos yeux entravée, l'administration trop centralisée, l'enseignement gêné par le monopole universitaire ? Rien ne s'oppose à ce que nous refusions l'argent qui alimente ces entraves, cette centralisation, ces monopoles.(...)"

    LE FMI SE MOUILLE

     

    A lire  n Nous, ouvriers , n La finance imaginaire  Par Enkolo dans Accueil le 

    Le ministre était à l’arrivée de l’étape du Tour de France dimanche 10 juillet à Andorre avant de prendre un Falcon du gouvernement pour assister à la finale de l’Euro. Coût de l’opération : un peu moins de 10 000€. ( source lopinion.fr

    LE RÉVEIL DU TIGRE CELTIQUE

    Ill s'agissait notamment du reflet de jeux comptables d'entreprises qui délocalisent leur siège en Irlande pour y bénéficier d'une fiscalité attractive (12,5% d'impôt sur les sociétés seulement, par exemple). «Le capital de ces entreprises est dès lors transféré dans le bilan de l'Irlande, ce qui dope son PIB», a-t-il expliqué.

     

     

    un lien ( Le figaro

    La Commission européenne a lancé jeudi une nouvelle offensive contre le géant américain Google, l'accusant encore une fois d'abus de position dominante.

    La filiale française de Starbucks est enfin devenue bénéficiaire l'an dernier, mais continue à ne pas payer d'impôts sur les bénéfices, grâce à un montage complexe d'optimisation fiscale ( source bfmbusiness.bfmtv)

    tre en place.

    special investigation geants du net ennemis d’etat lundi … – YouTube

     

    A voir SPECIAL INVESTIGATION REPLAY sur CANAL+


    L'exécutif européen a adressé à Google deux "communications des griefs" --l'équivalent d'un acte d'accusation dans le jargon bruxellois--, pour pratiques anticoncurrentielles, l'une concernant ses pratiques publicitaires, l'autre son service de comparaison de prix. 

    Vous commencez à connaître les patrons de la Silicon Valley : ils ont des "idées grandiose"s – et parfois farfelues – pour l'humanité et son destin : détruire la mort, étendre Internet au monde entier, supprimer les conducteurs des voitures, créer des intelligences artificielles vraiment intelligentes, faire disparaître les maladies, conquérir Mars, vous plonger dans de nouvelles réalités... Et conquérir de nouveaux espaces, voire même établir de nouveaux Etats.

    Saupoudrez à cela quelques pincées de libertarisme, et vous obtenez des milliardaires bien décidés à dire adieu aux Etats, leur administration... et leurs impôts. Et qui se voient bien à la tête de leur propre nation. Une couronne pour parachever une carrière, le succès, les milliards

    1444-special.investigation.geants.du.net.ennemis.d.etat ... - Dailymotion

    Des mastodontes de l'économie du Net installés à San Francisco, comme Google ou Facebook, on connaît les sièges sociaux pensés comme des cocons, les employés en baskets, les rapports de hiérar­chie abolis. On a découvert aussi, il y a quelque temps, leur influence ambiguë sur la ville : gentrification à tous les étages, explosion des loyers, privatisation de certains services publics (les bus). Ce reportage construit en crescendo va encore plus loin, en esquissant le projet final de certains pontes du secteur : créer une société calquée sur le modèle de l'entreprise, sans impôt ni Etat.

    Tout commence avec Apple, qui « optimise » (comprendre : « exile ») en Irlande une partie de ses bénéfices, afin d'échapper à l'impôt. Puis c'est Twitter qui exerce un chantage à l'emploi avec la mairie de San Francisco, pour ne plus payer de taxes locales. L'homme d'affaires Tim Draper, qui a fait fortune avec Skype et Hotmail, milite pour la sécession de la Silicon Valley et ne plus subir « un gouvernement fainéant, qui se repose sur son monopole ». Enfin Patri Friedman, programmeur star chez Google, lance un projet de villes flottantes dans les eaux internationales, des îlots autonomes suivant leurs propres lois. Sous des airs tranquilles de geek, l'incarnation ultime de l'ultralibéralisme. 

     


     
    J’aime
     
    J’adore
     
    Haha
     
    Wouah
     
    Triste
     
    Grr

    A lire  Saga Pokemon Go

     

    Problème, sur Terre, les terres disponibles sont une denrée extrêmement rare. Impossible, contrairement à ce qui s'est fréquemment fait par le passé, de lancer une expédition, de planter son drapeau et prendre possession d'un nouveau territoire – au mépris des populations autochtones.

     

     

     

    En jaune, territoires disputés entre Serbie et Croatie, sous contrôle serbe ; en vert, territoires non revendiqués, de fait sous contrôle croate. Le Liberland a été proclamé sur le territoire vert le plus grand, marqué

    En jaune, territoires disputés entre Serbie et Croatie, sous contrôle serbe ; en vert, territoires non revendiqués, de fait sous contrôle croate. Le Liberland a été proclamé sur le territoire vert le plus grand, marqué « Siga » sur la carte -Wikimedia Commons/CC

    Le dernier exemple en date est celui du Liberland. ( wikipedia )  Sur cette bande de terres coincée entre la Croatie et la Serbie, Vit Jedlička a proclamé en avril 2015 la naissance d'une micro-nation dont la devise est "vivre et laissez vivre". Tout un programme. Selon Rue 89, elle chercherait a recruter des citoyens ( enfin assez riches) pour la peuplée

     

    Le président de Liberland, un citoyen tchèque dénommé Vit Jedlicka, a affirmé sur la page Facebook de Liberland le lendemain de la proclamation qu’un millier de personnes en avaient déjà sollicité la citoyenneté

    Le blason “officiel” de la République de Liberland.

    Le blason « officiel » de la République de Liberland. - Dessiné par Vít Jedlička

    n

    Une partie de cette discussion consiste aussi à se demander si l’entrée Liberland de Wikipédia devrait être effacée de la plus grande encyclopédie collaborative du monde.

     

    Selon Néo-nazis et communistes s’abstenir

     

    Candidater pour la citoyenneté, rien de plus simple, il suffit d’envoyer

    un e-mail avec le scan d’une pièce d’identité en cours de validité,

    une lettre expliquant les motifs pour lesquels on désire devenir citoyen de la République de Liberland,

    et un numéro de téléphone s’il y a lieu.

     

    Une chance pour lui, personne n'y habitait ce qui limitera un peu les problèmes juridiques. Pour l'instant, aucune autre nation n'a reconnu l'existence du Liberland, mais Jedlička et ceux qui le suivent dans son projet continuent d'y croire

     

    L'idée de construire sur la mer connaît un nouvel engouement depuis quelques années, alors que l'évolution des techniques rend ce genre de projets possibles, et que les besoins s'accroissent.

     

    Tout récemment, le port de Rotterdam s'est vu doté d'un pavillon flottant conçu par l'architecte, Bart Roeffen (agence DeltaSync) et destiné à accueillir des expositions sur le thème de la mer

     

    Reste qu'une terre qui a échappé à l'appétit territorial des nations, c'est vraiment rare. Pourquoi, alors, ne pas se tourner vers le ciel, l'espace, l'infini... pour enfin créer une nation rien qu'à soi ? Pas étonnant que les patrons de la Silicon Valley soutiennent à bout de portefeuille les projets de conquête spatiale qui se multiplient à nouveau depuis quelques temps

     

    Conquérir Mars comme les colons du Mayflower ont conquis l'Amérique du Nord. Etablir une nouvelle colonie pour vivre selon ses propres règles... L'idée fait rêver et aimante les milliards... mais se heurte à quelques problèmes techniques. L'espace n'est pas l'environnement de vie idéal pour des humains qui ne savent pas encore se passer d'une atmosphère respirable, d'eau ainsi que d'une gravité et d'un ensoleillement plus ou moins similaires à ceux que nous connaissons sur Terre. Et puis, l'espace, c'est loin

     

    D'autres espaces (presque) vierges sont bien plus proches de nos conquistadors des temps modernes : les mers et les océans. Pourquoi ne pas constituer des micro-nations au large des côtes, pour échapper à l'insoutenable emprise étatique et en plus profiter d'un bon air marin ? L'idée séduit tellement les entrepreneurs, les patrons de la Sillicon Valley et de ceux qui souhaitent rompre les amarres avec la pesanteur étatique qu'elle a fini par prendre un nom : le Seasteading 

     

    LE SEASTEADING INSTITUTE: CONCENTRÉ DE LIBÉRALISME OU MODÈLE DE FUTUR? Le Seasteading est le projet d’une poignée de libéraux-libertaires américains. Ces derniers, veulent créer des sociétés modèles dans les eaux internationales, de lieux de vie hors de la souveraineté des États existants. Un projet économique et politique complétement utopique qui nous rappelle certains films de science-fiction

     

    Le Seasteadsing consiste à construire des villes, indépendantes les unes des autres, avec chacune une organisation politique différente. Des citoyens investiraient les lieux et seraient libre de changer de ville/politique quand bon leur semblerait. Ces “libertariens” assigneraient à chacune de ces iles une organisation politique différente et innovante. Mais derrière cette façade utopique, se cache une ultra tolérance fiscale qui rime avec belle arnaque financière. En effet, la colonne vertébrale pourrait être, surtout, la volonté d’échapper aux impôts… Sachant que Peter Thiel, fondateur de Paypal et piller de Facebook, a été le premier à mettre la main à la poche pour financer le projet, on a tendance à croire dans ce sens….

     

     Une arche de Noé aux aires de Wall Street

     

    Cette “utopie”, Patri Friedman y songe depuis longtemps. Il a notamment travaillé pour la firme Google et cotoyé quelques “binoclards milliardaires” de la Silicon Valley californienne, ce qui lui permet aujourd’hui de compter sur les fonds de Peter Thiel.  Il est aussi le petit-fils du prix Nobel d’économie Milton Friedman, grand défenseur du libéralisme et principal opposant de John Keynes.

     

    Spécial investigation - Magazine - le magazine - Télérama.fr

    Il est marrant de voir a quelle il est facile de se créer un état, des règles lorsque l'on a de l'argent. Le monde compte 41 millions d'apatrides dans le Monde. Si l'on prend en compte les palestiniens, les kurdes qui luttent depuis la moitié d'un siècle pour avoir des droits et un territoire pour pouvoir vivre dignement on comprend l’écart qui sépare les riches des pauvres.

    n

     
     la photo de Les dessins de Gros.

     

    Photo de Les dessins de Gros.

    nLe bout de la logique : citoyen actif

    la photo de Attac France (Officiel).

     

     

    Photo de Attac France (Officiel).

    Fight Club - l'indigné révolté

    Théorie du ruissellement  

    A lire aussi Théorie du ruissellement, l’intelligence artificielle : citoyen actif , De la servitude moderne , 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :