• Expulsions, la honte

    nS ur la notion de Justice ( source

     
    Photo de CNT AIT 71.

     Le gouvernement envisage de diminuer le montant des aides personnelles au logement au-delà d'un certain loyer. 80 000 foyers devraient être concernés.

     Expulsions, la honte - INFRAROUGE - YouTube

    France est l'un des pays les plus riches du monde. 
    Pourtant, près de dix millions de personnes sont touchées de près ou de loin par la crise du logement. 
    Le poids du logement atteint en moyenne 25 % du budget des ménages contre à peine 13 % dans les années 1980. 
    En dix ans, le prix du mètre carré a augmenté de 200 %. 
    Cette bulle immobilière est entretenue par des professionnels qui en vivent très bien comme les banquiers, les promoteurs, les agences immobilières et les rentiers. 
    Durant huit mois, les deux réalisatrices sont allées à la rencontre de ceux qui ont des difficultés pour se loger. 
    Elles ont également interrogé les responsables de ces blocages ainsi que des experts.

    La France en face, le scandale du logement | documentaire francais

     
    Photo de Yannis Youlountas.

     

    sur WordPress.Un exemple concret pour contrer la désinformation politique et les diversions médiatiques. Emilie n'était pas opposée à ce qu'on fasse savoir ce qu'il lui arrivait et, elle même, l'avait fait savoir autour d'elle, y compris dans la presse locale. La lutte sociale est une lutte pour tous et pour chacun à la fois. Parce que, comme l'écrivait Nikos Kazantzakis : "La seule façon de te sauver toi-même, c'est de lutter pour sauver tous les autres." Y.Y.

     

    C'est un geste de solidarité finalement assez rare. Alors qu'une soixantaine de familles dorment dans la rue actuellement à Toulouse, une habitante a recueilli à son domicile une maman et ses deux enfants de 10 et 13 ans qui ont dormi pendant trois semaines sur un banc. 

     
    60 familles vivraient actuellement dans la rue à Toulouse © France 3

    © France 3 60 familles vivraient actuellement dans la rue à Toulouse

    "Quand j'ai appris que des enfans scolarisés dormaient dans la rue, se lavaient comme ils pouvaient et grignotaient plutôt que de manger, j'ai été tellement chamboulée que j'en ai pleuré". 
    Cette mère de famille, qui élève seule ses deux enfants, n'est pas une militante des droits des sans-papiers. Cette cadre commerciale "qui gagne bien (sa) vie" confie être plutôt de droite et ne pas s'être naturellement tournée vers les personnes en difficulté. Mais il y a des limites. 
    Fin juin, cette Toulousaine, que nous appellerons Aurore pour préserver son anonymat, a été frappée d'apprendre lors de la fête de fin d'année de l'école d'un de ses enfants, que deux de ses camarades dormaient dehors depuis 3 semaines avec leur maman.

    Trois semaines à dormir sur un banc

    La mère est Comorienne et les enfants franco-comoriens. Ils sont arrivés en France en août 2015 rejoignant à Castres (Tarn), où l'une des grandes soeurs est salariée. Puis c'est Toulouse, où une autre soeur est étudiante : pendant quelques temps, toute la petite famille va être hébergée dans l'exiguë chambre universitaire de celle-ci, en toute illégalité. Puis de centres d'accueil en chambres d'hôtels, Asna (là aussi, le prénom a été changé) et ses deux enfants vont se retrouver à la rue, dormant sur un banc, pendant trois semaines, quelque part dans la rue, à Toulouse.

    Un bureau transformé en chambre

    "Je me suis demandée ce que je pouvais faire pour eux, raconte Aurore, et ce que je devais faire c'était d'empêcher que ces enfants continuent de dormir dehors. J'ai alors décidé de les héberger en transformant le bureau de ma maison en chambre à coucher".Asna s'installe donc chez Aurore début juillet avec le plus petit de ses enfants, âgé de 10 ans, le plus grand ayant repris le chemin de Castres chez sa soeur, après une crise d'asthme. 

    "On accueille des gens et après on les fout dehors"​

    "La maman a été opérée il y a quelques temps à Toulouse pour un problème de thiroïde, continue Aurore, les enfants vont obtenir bientôt une carte d'identité, ils ont la CMU, ils sont scolarisés, mais la préfecture vient de refuser le renouvellement du visa de leur mère et maintenant on met toute la famille à la rue avant de vouloir renvoyer la maman !". "On accueille des gens et après on les fout dehors !" s'emporte-t-elle. 

    EN VIDEO / reportage avec des familles à la rue à Toulouse :
     
     
     
    Ces familles qui vivent à la rue

    Environ 60 familles avec enfants dormiraient chaque nuit dans la rue à Toulouse


    "Ils ne retourneront pas à la rue !"

    Asna et son fils vont vivre ainsi pendant 4 jours au domicile d'Aurore et de ses enfants. Depuis quelques jours, avec l'aide d'Aurore, ils occupent le logement d'un étudiant parti en vacances, moyennant un modique loyer, payé en partie par la maman toulousaine. Mais que va-t-il se passer à la rentrée ? "En septembre, explique Aurore,Asna et ses enfants ne retourneront pas à l'hôtel ou dans la rue. Si c'est le cas, je les reprendrai chez moi"Aurore explique aussi avoir fait ce geste parce que la situation s'y prêtait : Asna est une maman seule, francophone, avec des enfants très bons élèves. Pas sûr, reconnaît-elle qu'elle aurait franchi le pas avec une autre situation familiale.

    60 familles dorment à la rue

    Selon les associations, le numéro d'urgence, le 115, refuse actuellement 200 personnes par jour, faute de places. Il y aurait début juillet une soixantaine de famille avec enfants chaque nuit dans les rues de Toulouse. En théorie, les familles qui ont déposé une demande d'asile peuvent bénéficier d'un logement d'urgence. Mais les budgets de la préfecture en chambres d'hôtels ont été divisés par deux et les foyers sont saturés. 
    Aurore n'est pas un cas isolé mais rares sont ceux qui osent franchir le pas. Offrir le gîte et le couvert à ceux qui dorment dans la rue. Rompre cet isolement. "J'ai accompagné Asna aux Restos du Coeur pour l'aider à s'inscrire, raconte-t-elle, j'ai découvert à cette occasion tout un monde de la solidarité que je ne connaissais pas mais je ne fais pas cela pour être dans la lumière, je ne sais pas d'ailleurs si je le referai un jour. C'est juste parce que cette situation m'a révoltée"

     

    [Récit] "Pourquoi j'ai recueilli à la maison une famille qui vivait dans la rue à Toulouse"


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :